heure


heure

heure [ ɶr ] n. f.
• 1080 ore, eure; lat. hora
1Espace de temps égal à la vingt-quatrième partie du jour (pratiquement, aujourd'hui, du jour solaire moyen). Heure sidérale, heure solaire vraie, heure solaire moyenne. L'heure est subdivisée en 60 minutes. Un quart d'heure. Une demi-heure (voir ce mot).En une, en quelques heures. Deux heures avant, après, plus tôt, plus tard. Revenez dans une heure. Vingt-quatre heures (un jour), quarante-huit heures (deux jours). Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Passer des heures à... Heure de : heure consacrée à, occupée par. Une heure de liberté. Heure de cours, de travail. Journée de huit heures, semaine de trente-neuf heures, de trente-cinq heures (de travail). « depuis la journée de seize heures jusqu'à la semaine de quarante heures » (Camus) . Une heure de route, d'avion. Spécialt Heure de trajet. Habiter à une heure de Paris. Faire cent kilomètres à l'heure, du cent à l'heure : aller à une vitesse qui, constamment soutenue, ferait parcourir cent kilomètres en une heure. Rouler à cent à l'heure. Kilomètre-heure (symb. km/h).Femme de ménage payée à l'heure, dont la paye est calculée d'après le nombre d'heures de travail fourni (opposé à à la tâche, aux pièces). Gagner tant de l'heure, par heure. Payer qqn cinquante francs l'heure. Heure supplémentaire. Loc. fam. S'ennuyer, s'embêter à cent sous (de) l'heure.
Par exagér. Voilà une heure qu'on t'attend, dépêche-toi un peu ! longtemps.
Symbole du temps. L'heure tourne. Les heures passaient vite, lentement.
2Point précis du jour, déterminé pratiquement par référence à un instrument de mesure (horloge, montre, etc.), et chiffré de 0 à 11 (12 divisions de la demi-journée) ou de 0 à 23 (24 divisions du jour). Symb. h. arg. plombe. Instrument indiquant l'heure (montres, pendules, horloges), la date et l'heure (horodateurs). Magasin ouvert de 8 h à 12 h. 0 heure. minuit. Le train de 0 h 45. 12 heures. midi. Chercher midi à quatorze heures. 8 heures du matin ( A. M.) . 15 heures ou cour. 3 heures de l'après-midi ( P. M.) . 19 heures ou cour. 7 heures du soir. Le journal (télévisé) de vingt heures ou ellipt le vingt heures. REM. Le décompte purement numérique s'est répandu dans l'usage avec la diffusion des cadrans à affichage digital.
Heure locale, différente d'un méridien à l'autre. Il était 7 heures, heure locale. L'heure est uniforme à l'intérieur de chacun des 24 fuseaux horaires. Heure légale, en France, celle du méridien de Greenwich avancée d'une heure en hiver, et de deux en été (opposé à heure solaire). ⇒ temps (légal). Changement d'heure en mars et en septembre (en France). Heure d'été, heure d'hiver. — Au Canada, Heure normale du Nord (Temps universel [T. U.] - 3 h 30), de l'Atlantique (T. U. - 4 h), de l'Est (T. U. - 5 h), du Centre (T. U. - 6 h), des Rocheuses (T. U. - 7 h), du Pacifique (T. U. - 8 h).Heure avancée : heure d'été.
Regarder l'heure. Demander, donner l'heure. Quelle heure est-il ? Fam. Je ne vous demande pas l'heure qu'il est ! mêlez-vous de ce qui vous regarde. — Montre qui donne l'heure exacte, juste, qui est à l'heure. Mettre sa montre à l'heure. Remettre les pendules à l'heure. À quelle heure ? À heures fixes. Toutes les heures, tous les quarts d'heure. À cinq heures juste(s), sonnant(es), tapant(es); (fam.) pile, pétant(es). Il est plus de huit heures, huit heures passées. Deux heures quinze (les minutes 15, 30 et 45 qui suivent les heures de 1 à 11 peuvent être remplacées par des expressions formées avec quart et demie). Six heures un quart, et quart, et demie. Deux heures dix. Six heures moins vingt ou cinq heures quarante. Quatre heures moins le quart (de l'après-midi) ou quinze heures quarante-cinq. La demie de dix heures : dix heures et demie. — Ellipt De deux à trois, de cinq à sept (heures).
L'horloge sonne, carillonne les heures, la demie et les quarts. Trois heures ont sonné. Sur le coup de dix heures, de midi. Mar. Heure de bord, celle qu'indique la montre d'habitacle.
Absolt L'HEURE : l'heure fixée, prévue. Votre heure sera la mienne. L'heure du train, fixée pour le départ du train. Commencer avant l'heure. Arriver après l'heure. Loc. fam. Avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure. — À L'HEURE. Arriver, être à l'heure. exact, ponctuel. Loc. N'avoir pas d'heure : négliger d'observer un horaire régulier. — Loc. fam. À pas d'heure : à une heure indue, et spécialt très tard. Se coucher à pas d'heure.
3Liturg. rom. Heures canoniales, celles où l'on récite les diverses parties du bréviaire, et par ext. ces parties elles-mêmes. Grandes heures. laudes, matines, vêpres. Petites heures. complies, none, 1. prime, tierce. Livres d'Heures, ou ellipt Heures : recueil de dévotion renfermant les prières de l'office divin.
4(Qualifié) Moment de la journée selon son emploi ou l'aspect sous lequel il est considéré. Aux heures, à l'heure des repas. Heures d'affluence, de pointe (cf. Le coup de feu). Heures d'ouverture d'un magasin. horaire. Heures creuses. Une heure indue. À une heure avancée ( tard) , matinale ( tôt) . C'est l'heure d'aller se coucher, de la sieste. « C'était l'heure tranquille où les lions vont boire » (Hugo).
À la première heure : très tôt le matin, le plus tôt possible. Fig. Les combattants de la première heure, ceux du début, les premiers à avoir combattu. — Nouvelles de (la) dernière heure, celles qui parviennent à une rédaction dans les ultimes moments précédant l'impression, la diffusion. Dernière heure : rubrique réservée dans la presse à ces dernières nouvelles. Fig. Les combattants, les résistants de la dernière heure, ceux qui se sont joints au combat, à la cause au dernier moment. — Les ouvriers de la onzième heure.
(Avec un poss.) Moment habituel ou agréable à qqn pour faire telle ou telle chose. Ce doit être lui qui arrive, c'est son heure. — À SES HEURES : à certains moments, selon sa fantaisie. Il est poète à ses heures (cf. Quand ça lui chante).
Loc. adv. À LA BONNE HEURE :au bon moment, à propos; par ext. (marquant l'approbation) c'est très bien, tant mieux. « Si le destin la réunissait un jour à lui, à la bonne heure ! » (Dutourd).
5Moment de la vie (d'un individu, d'un groupe, etc.) époque, 2. instant, temps. Connaître dans sa vie des heures agréables, tranquilles, sombres, exaltantes, difficiles. « Certaines heures semblent impossibles à vivre. Il faudrait pouvoir les sauter, les omettre » (Green). L'heure du danger. Loc. L'heure n'est pas (plus) à qqch. : ce n'est pas, plus le moment de. L'heure n'est pas à la rigolade. Heure suprême, dernière : les derniers instants d'une vie. Ellipt Son heure est venue, a sonné : il va bientôt mourir. Croire sa dernière heure arrivée : craindre pour sa vie, se sentir en danger de mort.
(Avec un poss.) Moment, époque de la vie où s'offre une chance favorable à la réussite de qqch., au succès de qqn, au bonheur de son existence. Attendre son heure. Son heure viendra. 3. tour. Son heure est passée. École, parti, mode qui a eu son heure de gloire.
Absolt L'HEURE : le moment présent. L'heure est grave. circonstance . Difficultés, problèmes de l'heure. actuel. Ils désirent « que leur œuvre soit actuelle et qu'elle réponde aux besoins de l'heure » (Caillois). Absolt Moment favorable, propice. (1919) L'HEURE H :l'heure prévue pour l'attaque; l'heure de la décision.
6Loc. Vieilli ou région. (Belgique) À CETTE HEURE [ astɶr ] :maintenant, présentement. « N'allez-vous pas effrayer tout le voisinage [...] à c't'heure ? » (Balzac). — À L'HEURE QU'IL EST : en ce moment de la journée; à l'époque actuelle. ⇒ actuellement, aujourd'hui. À l'heure qu'il est, nous ne savons toujours rien. — À TOUTE HEURE : à tout moment de la journée, sans interruption. ⇒ constamment, continuellement. Pharmacie, brasserie ouverte à toute heure. À n'importe quel moment. Repas chaud à toute heure. À toute heure du jour et de la nuit.
♢ À L'HEURE (et adj.) :à l'ère, à l'époque (caractérisée par un élément). « Mon village à l'heure allemande », de J.-L. Bory. — À L'HEURE DE (et subst. compl.) :à l'époque de; à la manière de, sous l'influence de. Un petit village qui « semble s'être mis à l'heure du progrès » (Mallet-Joris).
♢ POUR L'HEURE : pour le moment, dans les circonstances actuelles.
Vieilli SUR L'HEURE : aussitôt, à l'instant, sur-le-champ. ⇒ immédiatement, 2. incontinent.
♢ TOUT À L'HEURE. Vx Tout de suite, sur-le-champ. « Hors d'ici tout à l'heure » (Molière). Mod. Dans un moment, après un bref laps de temps. Nous verrons cela tout à l'heure. Il y a un moment, il y a très peu de temps. Je l'ai vu tout à l'heure, il ne peut être bien loin. La conversation de tout à l'heure.
♢ D'HEURE EN HEURE : toutes les heures. « ils se présentaient chez moi d'heure en heure » (Chateaubriand); (plus cour.) d'une heure à l'autre, à mesure que l'heure, le temps passe. « Le vent qui n'a fait que s'accroître d'heure en heure » (Fromentin). La situation s'aggrave d'heure en heure. — D'UNE HEURE À L'AUTRE : en l'espace d'une heure, d'un moment à l'autre. La situation peut changer d'une heure à l'autre.
♢ DE BONNE HEURE : à une heure matinale, ou en avance sur l'heure fixée, habituelle. « Si vous allez de ce train, vous n'y arriverez pas de bonne heure » (Hugo). tôt. De très bonne heure, de trop bonne heure. « Demain, je viendrai de meilleure heure » (Stendhal). Se lever de bonne heure. potron-minet; lève-tôt. Fig. « pour lui faire de la peine, il faut se lever de bonne heure » (Blondin), ce serait difficile. — Avant l'époque habituelle, normale. précocement. « Les familles mariaient de fort bonne heure leurs enfants » (Balzac).
Loc. prov. Il n'y a pas d'heure pour les braves : quand on est brave, on l'est tout le temps.
⊗ HOM. Heur, heurt.

heure nom féminin (latin hora) Unité de temps (symbole h) valant 3 600 secondes, soit soixante minutes, contenue vingt-quatre fois dans un jour : Vous avez deux heures pour faire ce travail. Période de temps correspondant approximativement à cette unité : Ça fait une bonne heure que je vous attends. Mesure d'une distance en fonction de la durée du trajet correspondant : Cette ville est à trois heures de Paris par le train. Période de temps correspondant plus ou moins à cette unité et affectée à un travail ; unité de travail ou de salaire : Être payé à l'heure. Classe, cours d'une durée de 45 min à 1 heure : Il était absent pendant l'heure de français. Organisation temporelle de la journée, permettant, par référence à un système conventionnel, de situer précisément chacun des moments de la journée : Ils n'ont pas la même heure que nous aux États-Unis. Détermination précise de ce moment lui-même (suivi éventuellement des subdivisions minutes et secondes) : Il est exactement 13 heures 24 minutes. (On se fonde sur une division en 24 heures en langue administrative, en deux fois 12 heures en langue courante en précisant, si besoin est, du matin, de l'après-midi, du soir : Il est 17 heures ou 5 heures de l'après-midi.) Indication de ce moment, donnée par une montre, une horloge, etc., réglée de manière à être conforme au système conventionnel : Remettez vos montres à l'heure. Moment de la journée déterminé par rapport à une activité, à quelque chose : C'est l'heure du dîner. Moment ou période quelconque dans le cours d'une vie, d'un pays, d'une entreprise, etc. : Nous avons connu des heures difficiles. L'heure fixée, déterminée à l'avance, prévue : Arriver à l'heure, après l'heure. Astronomie et Marine Unité de mesure d'angle plan valant 2π°24 radian, soit 15°. Sports Course d'une durée d'une heure disputée en athlétisme et en cyclisme. ● heure (citations) nom féminin (latin hora) Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire Rome 1880-Paris 1918 Tu pleureras l'heure où tu pleures Qui passera trop vitement Comme passent toutes les heures. Alcools, À la Santé Gallimard Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire Rome 1880-Paris 1918 L'Honneur tient souvent à l'heure que marque la pendule. Calligrammes, Lundi rue Christine Gallimard Frédéric Sauser, dit Blaise Cendrars La Chaux-de-Fonds 1887-Paris 1961 Nous sommes tous l'heure qui sonne. Aujourd'hui Grasset François Rabelais La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553 Jamais je ne m'assujettis aux heures : les heures sont faites pour l'homme, et non l'homme pour les heures. Gargantua, 41 Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse Pointe-à-Pitre 1887-Giens, Var, 1975 Et Dieu sait que l'heure se fait mendiante. Correspondance, à Paul Claudel, 1er août 1949 Gallimard Anonyme Toutes blessent, la dernière tue. Vulnerant omnes, ultima necat. Commentaire Il s'agit des heures ; l'inscription a souvent figuré sur les cadrans solaires et sur les horloges des églises et des bâtiments publics. Bible Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure. Évangile selon saint Matthieu, XXV, 13 Frédéric Mistral Maillane, Bouches-du-Rhône, 1830-Maillane, Bouches-du-Rhône, 1914 Gai lézard, bois ton soleil ! l'heure ne passe que trop vite, et demain il pleuvra peut-être. Gai lesèrt, bèu toun soulèu ! L'ouro passo que trop lèu, E deman plòura bèlèu. Inscription pour le cadran solaire de sa maison à Maillane Commentaire En raison de cette inscription, la maison est dénommée oustau dóu lesèrt (maison du lézard). ● heure (difficultés) nom féminin (latin hora) Prononciation On ne doit pas faire la liaison après heures dans : deux heures et demie, deux heures et (un) quart. Orthographe 1. Heure s'abrège en h sans point : 18 h 15. 2. On écrit, en chiffres, 20 h 5, ou plus couramment, dans les horaires, 20 h 05. 3. Dans le style soigné, on écrit heure en toutes lettres : il est sept heures, sept heures cinq, sept heures et demie, mais on admet l'usage des chiffres dans le style courant, surtout s'il s'agit d'une notation complexe : le train part à 8 heures, à 8 heures 45, à 8 h 45. Une durée se note en toutes lettres : le trajet dure deux heures trente. Accord 1. Heure + demi(e). Après heure, on écrit demi au féminin singulier : une heure et demie, dix heures et demie. Mais on écrit demi au masculin singulier après midi et minuit : à midi et demi. → demi. 2. Avec précis. On écrit :à une heure, une heure vingt précise ; à trois heures, trois heures et demie précises ; mais : à midi, minuit précis. - Même règle d'accord pour passé et sonné, mais juste, considéré comme adverbe (= précisément), et pile, adverbe, restent invariables. 3. Avec sonnant. On écrit : à trois heures sonnantes, mais on tend à utiliser le participe présent invariable : à dix heures sonnant, comme on écrit à midi, minuit sonnant. - Mêmes observations pour battant, tapant et pétant (familier). 4. Avec sonner conjugué. On écrit normalement : midi sonne ; une heure sonne ; trois heures sonnent, trois heures et demie sonnent. Le premier élément commande l'accord du verbe. Remarque On trouve aussi : trois heures et demie sonne (si l'on considère qu'une sonnerie unique marque la demi-heure) ; minuit sonnent (= les douze coups de minuit sonnent) est une orthographe vieillie. Emploi 1. Avec vers. On dit : vers une heure, vers les deux heures. Recommandation Éviter : vers les une heure. 2. Avec quart. Le quart suivant ou précédant l'heure se dit couramment : midi et quart, midi moins le quart, plus rarement : onze heures trois quarts ; un quart, moins un quart sont des tournures vieillies. 3. Compte des heures. Il se fait habituellement de une à onze (il est dix heures), en précisant parfois s'il s'agit du matin ou de l'après-midi (il est rentré à trois heures du matin). L'usage administratif est de compter de 0 à 24 (l'accident s'est produit à 0h30). Remarque La tendance à compter de 0 à 24 se généralise dans les médias et même dans la conversation courante, du fait de l'extension de l'affichage numérique. 4. À l'heure où / à l'heure que. À l'heure où est correct en parlant d'un moment précis : à l'heure où je suis arrivé. À l'heure que ne s'emploie que dans le tour figé à l'heure qu'il est. 5. De l'heure / à l'heure / par heure / l'heure. Pour un événement se produisant deux fois dans une heure, on dit : deux fois par heure ou, plus rarement, deux fois l'heure. - Pour une rétribution, on dit : gagner cent francs l'heure, cent francs par heure, ou, familièrement, cent francs de l'heure. - Pour exprimer une vitesse, on dit : cent kilomètres à l'heure, par heure (abrégé en km/h) ; familièrement : cent à l'heure. Sens Tout à l'heure peut signifier « dans peu de temps » : j'irai tout à l'heure, ou « il y a peu » : je l'ai croisé tout à l'heure. Tout à l'heure pour « sur-le-champ, immédiatement, tout de suite » est vieux. ● heure (expressions) nom féminin (latin hora) Vieux. À cette heure, maintenant. À l'heure, en une heure (se dit d'une vitesse) : Faire du cent à l'heure. À l'heure + adjectif ou complément, à la manière des habitudes, des mœurs de, dans le contexte de : La France se met à l'heure anglaise. À l'heure de, à l'époque de : À l'heure de l'électronique. À l'heure qu'il est, à l'heure actuelle, pour l'heure, à cette heure, actuellement, en ce moment précis, dans les circonstances actuelles. À la bonne heure, marque l'approbation, voilà qui est bien, ou, ironiquement, ne vous gênez pas, c'est parfait. À la première heure, très tôt le matin ; le plus tôt possible. À mes heures, de temps à autre, quand bon me semble : Il est bricoleur à ses heures. À son heure, au moment qui convient. Avant l'heure, avant le moment prévisible, prématurément : Il est mort avant l'heure. Dans 48 heures, dans deux jours. De bonne heure, tôt, en avance sur l'heure ou sur l'époque. De dernière heure, en dernière heure, se dit des informations qui arrivent sous forme de dépêche juste avant l'édition du journal ou des informations qui sont diffusées sur l'antenne peu de temps après leur réception. De la dernière heure, se dit des ralliés à une cause qui se joignent au dernier moment à ceux qui vont être vainqueurs. D'heure en heure, progressivement, au fur et à mesure. D'une heure à l'autre, d'un moment à l'autre. De la première heure, se dit de ceux qui ont combattu pour une cause dès le début. (Dernière) heure, heure dernière, heure suprême, dernier moment avant la mort. Être à l'heure, donner l'heure juste, en parlant d'une montre, d'une horloge. Familier. Il faut se lever de bonne heure pour, il est très difficile de. Familier. Je ne te demande pas l'heure qu'il est, mêle-toi de ce qui te regarde, je ne t'adresse pas la parole. L'heure de quelqu'un, son heure, le moment de sa vie où se présentent des chances de réussite, de bonheur, ou un moment fatal. L'heure est à quelque chose, il s'agit maintenant de : L'heure est à la concertation. N'avoir pas une heure à soi, être surchargé de travail. N'avoir pas d'heure, être incapable de respecter un horaire régulier. Familier. Remettre les pendules (ou les montres) à l'heure, réajuster son comportement, ses actes à la situation actuelle. Sur l'heure, immédiatement, à l'instant même. Tout à l'heure, dans un petit moment ; il y a un petit moment. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sans discontinuer, sans arrêt. Heure planétaire, douzième partie du jour ou de la nuit, comptée à partir du lever du Soleil et attribuée à l'un des sept astres traditionnels. Heure d'été, temps légal adopté au printemps et en été par certains pays, en vue de réduire les dépenses d'électricité, et qui avance en général de 60 minutes sur le temps légal en vigueur durant le reste de l'année (heure d'hiver). Heure légale, heure avant ou après laquelle certains actes juridiques ne peuvent être accomplis (signification, perquisition, etc.) ; synonyme de temps légal. Heure supplémentaire, heure de travail accomplie au-delà de la durée légale du travail qui ouvre droit à rémunération ou au repos compensateur. Heure sainte, exercice de dévotion qui unit le fidèle à l'agonie du Christ dans une veillée de prières, généralement nocturne. ● heure (homonymes) nom féminin (latin hora) bonheur nom masculin heur nom masculin singulier heurt nom masculinheure (synonymes) nom féminin (latin hora) Moment ou période quelconque dans le cours d'une vie, d'un...
Synonymes :
- époque
- période

heure
n. f.
rI./r
d1./d Division du temps d'une durée égale à la vingt-quatrième partie du jour (soixante minutes). Revenez dans quarante-huit heures, dans deux jours.
La semaine de trente-neuf heures (de travail). Heures supplémentaires: heures de travail effectuées en plus de la durée de travail hebdomadaire légale.
être payé soixante francs l'heure (ou, Fam., de l'heure).
Une grande, une petite heure: un peu plus, un peu moins d'une heure.
Un quart d'heure.
Par exag. Il y a une, deux heures que je vous attends!
Ouvert 24 heures sur 24 ou (Québec) ouvert 24 heures, à toute heure. Station-service ouverte 24 heures.
d2./d ASTRO Unité de mesure d'angle, égale au 1/24 de la circonférence, soit 150.
d3./d Poét. La fuite des heures, du temps.
rII./r
d1./d Moment déterminé du jour exprimé par un chiffre de 0 à 12 ou de 0 à 23 (symbole: h). 0 heure: minuit. 12 heures: midi.
Quelle heure est-il ou (Afr. subsah.) quelle heure fait-il? Il est ou (Afr. subsah.) il fait une heure moins cinq. Deux heures quinze, deux heures et quart ou deux heures un quart. Vingt heures trente ou huit heures et demie du soir.
à six heures juste, à six heures tapantes, sonnantes.
(Belgique, Québec) Aux petites heures (du matin): en pleine nuit.
|| Heure locale, variant d'un méridien à l'autre.
Heure légale ou (Québec) heure normale, établie par rapport au temps universel. (V. encycl. temps).
Heure d'été ou (Québec) heure avancée, avancée de 60 minutes pendant l'été par rapport à l'heure légale.
|| L'heure: l'heure fixée, convenue. Soyez à l'heure. Partir avant l'heure. Ne pas avoir d'heure: ne pas respecter un horaire, un emploi du temps régulier.
Ellipt. De sept à huit (heures).
L'heure H, celle prévue pour le déclenchement d'opérations militaires; par ext., cour. l'heure fixée pour entreprendre qqch, l'heure décisive.
d2./d Moment déterminé de la journée (dont on évoque certaines caractéristiques). L'heure du déjeuner. C'est une mauvaise heure pour circuler en ville.
|| à la première heure: très tôt le matin, le plus tôt possible.
Loc. adj. De la première heure: qui a été tel depuis le commencement. Résistants de la première heure.
|| (Avec un poss.) Moment habituellement consacré à une activité précise. Il va bientôt rentrer, c'est son heure.
|| (Afr. subsah., Belgique) Heure de midi: midi.
|| (Afr. subsah.) Entre l'heure de midi: pendant l'heure du déjeuner.
Dans les heures de midi: entre midi et deux heures de l'après-midi.
d3./d Moment, période de la vie (d'une personne, d'une société donnée). Il a traversé des heures difficiles.
Les problèmes de l'heure: les problèmes actuels.
|| (Avec un poss.) Moment de faire une chose, moment décisif. Son heure, sa dernière heure est venue: il va mourir.
Son heure viendra: il sera enfin récompensé de ses efforts.
écrivain qui a eu son heure de gloire.
rIII/r Loc. adv.
d1./d à l'heure qu'il est: au moment où nous parlons; dans la situation actuelle.
d2./d (Exclam.) à la bonne heure!: c'est parfait, voilà qui est très bien.
d3./d Sur l'heure: aussitôt, immédiatement.
d4./d Tout à l'heure: dans un moment. Je vous répondrai tout à l'heure.
|| Il y a quelques instants. Il est passé vous voir tout à l'heure.
|| Vieilli à cette heure: maintenant; à notre époque. (V. aster, astheure.)
d5./d De (très) bonne heure: (très) tôt. Se lever de (très) bonne heure.
|| Avant le moment prévu. Enfant qui marche de bonne heure.
d6./d à toute heure: à n'importe quel moment de la journée. Repas servis à toute heure.
Encycl. L'heure, unité de temps. On distingue l'heure sidérale et l'heure solaire, respectivement égales à la vingt-quatrième partie du jour sidéral et du jour solaire. L'heure sidérale est un peu plus brève que l'heure solaire. Dans la vie courante, lorsqu'on exprime une durée en heures, il s'agit d'heures solaires moyennes. Le jour solaire moyen est le temps qui s'écoulerait entre deux passages du Soleil au méridien, s'il parcourait l'écliptique d'un mouvement uniforme. - L'heure, mesure du temps écoulé. Le jour solaire utilisé en astronomie commence à midi. Dans la vie pratique, on calcule l'heure à partir de minuit (heure civile). L'heure civile locale changeant avec la longitude du lieu (à cause de la rotation de la Terre), on a défini une heure légale, qui reste la même à un instant donné sur toute l'étendue d'un pays.

⇒HEURE, subst. fém.
I. A. — Espace de temps égal à la vingt-quatrième partie du jour (pratiquement, aujourd'hui, du jour solaire moyen). À Paris, où tout le monde voudrait trouver une vingt-cinquième heure à chaque journée (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 294). Nous en avons pour deux heures et demie, aller et retour (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 115) :
1. « Partir? dit-il. — Oui! partir. — Encore une heure! — Oui, encore une heure, » répondit le digne major. Et, l'heure écoulée, Glenarvan demanda en grâce qu'une autre heure lui fût accordée. On eût dit un condamné implorant une prolongation d'existence.
VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 124.
Heure d'horloge. Heure qui paraît particulièrement longue. Si elle n'est pas restée une heure d'horloge à se pommader, elle n'est pas restée cinq minutes (PROUST, Sodome, 1922, p. 787).
Rem. Cette expr. s'emploie aussi, sans nuance d'exagération, pour insister sur l'exactitude du décompte du temps écoulé.
ASTRON. Heure sidérale, solaire moyenne, solaire vraie; heures égales, équinoxiales, moyennes.
Heure temporaire. Douzième partie du jour naturel (temps allant du lever au coucher du soleil) et dont la durée varie selon les saisons (d'apr. GOYOT 1953).
ADMIN. PUBL., DR. Vingt-quatre, quarante-huit heures. Durée d'un, de deux jours. Le commandement allemand sera tenu de signaler, dans un délai de quarante-huit heures après la signature de l'armistice, toutes les mines (FOCH, Mém., t. 2, 1929, p. 309).
Dans les vingt-quatre, les quarante-huit heures. Dans l'espace d'un, de deux jours entiers. On devait répondre à cet ultimatum dans les vingt-quatre heures (Ac. 1935).
LITURG. CATH., vieilli. Prières de(s) quarante heures et p. ell., les quarante heures. Prières publiques et prolongées devant le Saint Sacrement exposé, que l'on fait dans des circonstances extraordinaires ou, chaque année, lors de l'entrée en Carême. On fit des prières de quarante heures pour la maladie du roi (Ac.). Chez nous quand si peu tu demeures [Carnaval], Des prières de quarante heures Les heures qu'on retranchera Sont tout ce qu'on y gagnera (BÉRANGER, Chans., t. 2, 1829, p. 132).
SYNT. Une, deux heure(s) après, avant, plus tard, plus tôt; après, au bout de, depuis, durant, pendant une, deux, etc., heure(s); à chaque heure du jour, plusieurs fois dans l'heure, par heure, l'heure; une, plusieurs heure(s) par jour, par mois, par semaine; des heures entières, plusieurs heures d'affilée, consécutives, de suite; avancer, retarder un départ de plusieurs heures; partir, revenir dans une, deux heure(s); consacrer, passer une heure à, perdre une heure, avoir une heure d'avance, de retard; avoir une heure à donner à qqn, à perdre; un quart d'heure, une heure et quart, une heure et demie, une heure trois quarts; une heure s'écoule, passe; une heure de temps.
Rem. Heure est souvent abr. en h (en ce sens, mais surtout au sens I B 2). Wright a établi le record de distance. Il a (...) tenu l'air pendant 1 h 31' 25'' (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 29).
1. [Cet espace de temps considéré sous l'angle de l'activité ou de l'événement qui l'occupe, ou servant d'unité pour certaines mesures ou évaluations] Heure + compl. déterminatif. Heure consacrée à, passée à, occupée par. Heure de garde, de lecture, de liberté, de loisir, de marche, de repos, de sommeil. Cinq heures de travail accroupi dans une atmosphère étouffante (GIDE, Journal, 1931, p. 1066). V. infra ex. 3 :
2. ... une heure d'oraison, et à peu près une demi-heure de lecture spirituelle et mes visites au Saint-Sacrement. Cette heure passée paisiblement avec Dieu en me promenant me fera grand bien.
DUPANLOUP, Journal, 1857, p. 191.
N'avoir pas une heure à soi. N'avoir pas de temps dont on puisse disposer, être accablé d'occupations.
a) ENSEIGN. Espace de temps, approximativement égal à 60 minutes, pendant lequel a lieu un cours, une surveillance. Heure de classe, d'enseignement; heure de dessin, de français, de mathématiques, de travaux pratiques; heure de colle, de consigne. Les élèves ont une heure de morale par semaine, mais le professeur découragé n'ayant pas de morale à enseigner à ses élèves... (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 221). La durée des cours ne peut être inférieure à 150 heures ni supérieure à 200 heures par an, à raison de quatre heures au moins et de huit heures au plus par semaine (Encyclop. éduc., 1960, p. 162).
b) Domaine des communications
) [Mesure d'une distance selon le temps passé à la parcourir]
[Avec un compl. déterminatif indiquant le mode de locomotion ou la nature du trajet] Heure d'avion, de bus, de chemin de fer, de métro, de route, de train, de voiture. Encore une heure de marche... encore cinq cents mètres. Encore cent mètres. Encore cinquante (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 230). Trois ou quatre heures de vol; et un avion vous dépose à Naples; mais il ne faut pas moins de six jours ensuite (...) pour gagner la frontière (GIDE, Journal, 1943, p. 215).
[P. ell. du compl. déterminatif] Nous allâmes camper à environ une heure de cet endroit funeste (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 63).
) À l'heure, par heure [Mesure d'une vitesse; heure est précédé de l'indication de la distance parcourue en 60 minutes] Parcourir vingt milles à l'heure. Le chameau (...) fait régulièrement ses quatre ou cinq kilomètres par heure (LOWIE, Anthropol. cult., 1936, p. 61).
[Avec ell. du subst. indiquant la distance] Rouler à, faire du cent à l'heure. Toutes les voitures, cette nuit, allaient à quatre-vingts à l'heure (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 443).
[Avec ell. de la prép. et du déterm.] 120 kilomètres heure.
) Distance parcourue en 60 minutes. Battre le record de l'heure.
c) Domaine du travail. Espace de temps d'une durée de 60 minutes.
) Emploi abs., p. ell. du compl. déterminatif de travail. Journée de huit heures; heure supplémentaire. C'est lui [le syndicalisme] qui, en un siècle, a prodigieusement amélioré la condition ouvrière depuis la journée de seize heures jusqu'à la semaine de quarante heures (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 367) :
3. ... deux heures de travail par jour. Au taux où il me rétribue, deux heures acquittent et avec générosité ce que je dois à cet égard. Si je laisse de côté les dimanches, et que pour simplifier je compte tous les mois à trente jours, cela fait cinquante-deux heures par mois, cela fait 9 fr. 50 par heure. Ces deux heures doivent (...) prendre place le matin de 8 à 10.
DU BOS, Journal, 1924, p. 163.
) Locutions
Loc. verb. Prendre (une personne ou un moyen de transport) à l'heure. L'employer, l'utiliser en payant à l'heure. J'ai dit au cocher qu'on le prenait à l'heure et qu'il aurait pour boire (MÉRIMÉE, Deux hérit., 1853, p. 8).
Coûter, gagner, être payé tant par l'heure/à l'heure, l'heure ou de l'heure (fam.). Un ouvrier français qui gagne 2 fr. 50 de l'heure, ce n'est pas rare (BARRÈS, Cahiers, t. 14, 1923, p. 253). C'est 20 francs l'heure.
Pop. S'embêter, s'emmerder à cent sous de l'heure. S'ennuyer profondément.
Loc. adj. À l'heure. Qui est payé ou loué à l'heure. Anton. au forfait, à la course. Une course capricieuse et désordonnée, un trimballement insensé de fiacre à l'heure (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 102).
Loc. adj. et adv. À l'heure. (Qui est payé) selon le nombre d'heures de travail fourni. Anton. au mois, aux pièces, aux primes, à la tâche. Être (payé) à l'heure. Formules, qui sont des combinaisons du salaire à l'heure et du salaire aux pièces (BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p. 129) :
4. ... une capitale où les idées s'échangent et se vendent à tant la ligne, où tous les jours amènent de succulents dîners, de nombreux spectacles; où fourmillent de licencieuses prostituées, où les soupers ne finissent que le lendemain, où les amours vont à l'heure comme les citadins...
BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 44.
Le quart d'heure de grâce; passer un mauvais quart d'heure.
) P. méton. Tarif horaire. L'heure est de deux francs (DG). L'heure est à x francs.
d) SPORTS. Les vingt-quatre heures (du Mans), les 24 Heures. Course automobile qui a lieu chaque année au Mans. Le succès de la Formule 1 a balayé toutes les autres disciplines du sport automobile, à l'exception des 24 Heures du Mans (L'Action automobile et touristique, n° 211, avr. 1978, p. 54).
2. Durée correspondant approximativement à cet espace de temps.
a) Adj. + heure
Une bonne/grande/longue heure. Un peu (ou beaucoup) plus d'une heure. Toute une grande heure je me suis senti plus léger, comme si m'avait été remis un crime (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 160). Je ne vais pas vite. J'en ai pour trois bonnes heures (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 370).
Fam. Une petite heure. Un peu moins d'une heure :
5. ... il se hissait sur un antique et flegmatique cheval blanc, lequel en moins de deux petites heures [it. ds le texte] (c'était son expression) le transportait à la ville. Là, il s'oubliait encore deux ou trois petites heures au cabaret...
SAND, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 282.
Littér. Mortelles heures. Heures où l'on s'ennuie considérablement. Une lecture qui dura trois mortelles heures (GENLIS, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 244).
b) P. exagér. [Pour marquer l'impatience] Voilà une heure que je t'attends, que je t'écoute. D'où venez-vous, d'où sortez-vous, depuis une heure que je vous appelle? (LABICHE, Edgar, 1852, 19, p. 248).
c) Littér. Temps (qui passe).
Au sing. La volupté d'aimer clôt à demi leurs yeux, Ils ne savent plus rien du vol de l'heure brève (LECONTE DE LISLE, Poèmes trag., 1886, p. 18). Tu dors, Robespierre! L'heure passe, le temps précieux coule (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 289).
Au plur. Je ne m'aperçus de la fuite des heures qu'au soleil de midi qui atteignait déjà la cime des pans de muraille de l'abbaye (LAMART., Raphaël, 1849, p. 162).
B. — Point précis du jour, déterminé par référence à la position du soleil ou au temps civil moyen du pays — et le plus souvent, au moyen d'une horloge ou d'une montre. Seriez-vous assez bonne pour me dire l'heure à laquelle vous passerez samedi par Rouen? (FLAUB., Corresp., 1866, p. 222). Sans montre, sans aucun moyen mécanique de mesurer le temps, (...) ils lisent l'heure au soleil le jour et la nuit aux étoiles (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 231). V. infra ex. 7 :
6. Elle [l'horloge] retarde de cinq bonnes minutes.
J'ai vu l'heure au clocher, madame.
Je viens de la voir il y a un instant. On devrait toujours avoir des horloges à l'heure, n'est-ce pas, madame?
ARLAND, Ordre, 1929, p. 451.
SYNT. Demander, dire, donner, indiquer, lire, regarder, savoir, voir l'heure; heure avancée, indue, matinale, tardive; heure exacte, juste, pile (fam.); la date et l'heure, le jour et l'heure; quelle heure est-il? à quelle heure? à n'importe quelle heure; à cette heure du jour, de la nuit; x heure(s) passée(s).
1. a) Heure + adj. ou compl. déterminatif. Heure sidérale, heure (solaire) vraie. La carte des fuseaux horaires aidera le lecteur à se faire une idée des écarts pouvant exister entre l'heure locale d'une région du monde et le GMT ou temps de Greenwich (Divin. 1964, p. 179).
Heure légale, officielle (vieilli). Heure fondée sur le temps moyen et fixée dans chaque pays par le gouvernement (d'apr. GOYOT 1953); en France, heure du méridien de Greenwich, avancée d'une heure en hiver, heure d'hiver et de deux heures en été, heure d'été, depuis 1977.
DR. Heure légale. Moment de la journée pendant lequel peuvent et doivent être exécutées les significations et les exécutions d'actes ou de jugements (d'apr. Jur. 1974). Il était sept heures (l'heure légale où la police a le droit de vous arrêter à domicile) (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 631).
Heure ancienne (vieilli), solaire. En France, heure du méridien de Greenwich. Au moment des grands travaux, de la rentrée du foin, de la moisson surtout, qui dépendent non point de l'heure légale ni solaire, mais des états de la température (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 69).
L'heure (qu'il est) au soleil (cf. infra ex. de Meilhac, Halévy).
MAR. Heure du bord. Heure du lieu où se trouve un navire. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Loc. verb.
Avoir l'heure (sur soi). Avoir un moyen (le plus souvent une montre) de connaître l'heure. Avez-vous l'heure, s'il vous plaît? V. infra ex. 7.
Donner l'heure (à qqn). Indiquer l'heure. Pouvez-vous me donner l'heure?
Être à l'heure (le sujet désigne une horloge, une montre). Indiquer l'heure avec exactitude. V. supra ex. 6.
Mettre (une horloge, une montre) à l'heure; prendre l'heure. Régler (une horloge, une montre) de façon qu'elle indique l'heure avec exactitude.
c) Loc. adv.
À l'heure de + adj. ou subst. désignant une ville, un pays. À la manière, à la mode, selon la méthode, le rythme (de vie) de. À l'heure de Moscou. Nos socialistes français seraient bien inspirés de se mettre à l'heure suédoise (L'Express, 6 oct. 1969 ds GILB. 1971).
À l'heure de + adj. ou subst. désignant notamment une invention, une technique moderne. À l'époque, à l'ère de. Vivre à l'heure atomique/de l'atome, informatique/de l'informatique (cf. GILB. 1971).
d) Au fig. Je ne te/vous demande pas l'heure qu'il est (pour signifier à un importun qu'on ne désire pas connaître son avis). (Dict. XXe s.).
e) Adj. + heure
P. iron., vieilli. Vous venez à une belle heure; il est belle heure pour venir; la belle heure pour arriver (Ac.).
Dernière heure. ,,Rubrique d'un journal destinée aux nouvelles dites de dernière heure, c'est-à-dire parvenant avant la mise sous presse`` (REY-CHANTR. Expr. 1979). Ce même sentiment que nous éprouvons quand, à la « dernière heure » des journaux, nous lisons la nouvelle que nous attendions le moins (PROUST, Sodome, 1922, p. 867).
Loc. adj. De (la) dernière, première heure.
Loc. adv. À la bonne heure! À propos, au bon moment. Vous arrivez à la bonne heure, seigneurs, pour châtier ce vilain traître (CAMUS, Dév. croix, 1953, 2e journée, p. 559).
Loc. interjective
[Marque l'approbation] À la bonne heure! aimablement, je réponds au commandant en chef (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 171).
♦ [Marque l'iron.] De la politique maintenant!... À la bonne heure!... (SARDOU, Rabagas, 1872, II, 11, p. 80).
2. En partic.
a) Ce point précis, chiffré de 0 à 23. Le matin, le soir à x heure(s); la messe, la récréation, le train de x heure(s); le goûter de quatre heures, le thé de cinq heures; à trois heures juste; sur, vers les deux heures, vers une heure, onze heures passées; la pendule sonne trois heures. Pradonet avait l'habitude de se raser sur le coup de cinq heures et demie six heures (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 32) :
7. CÉSAR : Félix, tu as l'heure juste? ESCARTEFIGUE : Mais je crois que ta pendule va bien. Il est huit heures précises. CÉSAR : Si ma pendule marchait bien, je ne te demanderais pas l'heure qu'il est.
PAGNOL, Fanny, 1932, I, 1er tabl., 1, p. 10.
Le bouillon d'onze heures.
Loc. verb. Avoir x heures. Avoir une horloge, une montre qui indique x heure(s). P. plaisant. Hélène : (...) Quelle heure as-tu, toi au soleil?... Pâris, regardant en l'air : Trois heures vingt-cinq. Hélène, regardant en l'air d'un autre côté : Déjà!... Moi, j'ai deux heures quarante (MEILHAC, HALÉVY, Belle Hélène, 1865, I, 10, p. 194).
Au fig. Chercher midi à quatorze heures.
Loc. adv. À x heure(s) battant(es), sonnant(es), pétant(es) (fam.), tapant(es). [La forme en -ant s'accorde ou reste inv., ce dernier cas étant un peu plus fréq.] À x heures précises. Sainte-Beuve est mort tantôt à 1 heure et demie sonnant (FLAUB., Corresp., 1869, p. 77). Le duc (...) s'écria : « (...) Mme de Saint-Euverte tient à ce qu'on se mette à table à huit heures tapant (...) » (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 596). À neuf heures tapantes, Léonie est à son poste (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 45).
Rem. 1. La numérotation de 0 à 23 est un usage qui semble en progression et qui est notamment en vigueur dans l'admin., (et partic. les transp. publ.), à la radio et à la télévision. Mais dans le lang. cour., on dit minuit pour 0 heure et midi pour 12 heures; par ailleurs, la numérotation reprenant de 1 à 11 pour les heures qui suivent midi, on précise, pour les heures de la première moitié du jour « de la nuit/du matin » et pour les heures de la seconde moitié du jour « de l'après-midi/du soir ». Ainsi 15 heures se dit 3 heures de l'après-midi; 20 heures, 8 heures du soir. Une, deux heure(s) de relevée. Les cours du collège nous tiennent depuis 8 heures du matin jusqu'à 5 heures du soir (HUGO, Corresp., 1816, p. 296). Éveillé dès 2 heures de la nuit, debout dès 4 h 30 du matin (AMIEL, Journal, 1866, p. 359). Il est midi et la journée est partagée en deux. Le soleil dévore l'ombre de nos corps, marquant l'heure qui n'est point l'heure : midi (CLAUDEL, Échange, 1954, I, p. 754). 2. Dans certains cas, l'heure est indiquée avec une grande précision (par une horloge parlante, à la radio, dans les compétitions sportives p. ex.). Zéro heure quinze, trois heures vingt-quatre minutes et trente secondes. Dans le lang. cour., on indique l'heure en faisant suivre le nombre des minutes écoulées depuis la fin de cette heure, si ce nombre est égal ou inférieur à trente (deux heures cinq, deux heures dix, deux heures vingt-cinq; il est onze heures (passées de) dix minutes); si le nombre des minutes écoulées depuis la fin de la dernière heure entière est supérieur à trente, on indique la prochaine heure à venir puis le nombre de minutes qui doivent s'écouler avant d'y parvenir (quatre heures moins vingt, moins dix, moins cinq). Dans le lang. admin., on indique l'heure en faisant suivre le nombre des minutes écoulées depuis la fin de cette heure, même s'il est supérieur à trente. Le Train de 8 h 47 (titre d'une pièce de Courteline). Par ailleurs — et sauf encore dans le lang. admin. — les indications de minutes 15, 30, 45 sont remplacées par des expr. formées avec quart et demie. Deux heures moins le quart (moins un quart, vieilli). M. La Rouquette se tournait fréquemment pour voir l'heure; quand l'aiguille marqua trois heures moins un quart, il eut un geste désespéré; il manquait un rendez-vous (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 27). 3. Le mot heures est parfois sous-entendu. Ouvert de 8 à 12 et de 14 à 18. Séance du comité de l'Intérieur depuis 1 heure jusqu'à 5 (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 229). Cléo de 5 à 7 (film d'Agnès Varda). V. aussi supra ex. 3. 4. Après l'indication de l'heure, on rencontre tantôt le plur., tantôt le sing., selon que le suj. est lui-même au plur. ou au sing. Midi va sonner; la demie de trois heures vient de sonner. Je regardai cent fois ma pendule et ma montre, qui malheureusement allaient l'une comme l'autre. Quand dix heures et demie sonnèrent, je me dis qu'il était temps de partir (DUMAS fils, Dame Camélias, 1848, p. 115).
b) P. méton.
Signe sur un cadran servant à indiquer une heure. Les heures de ce cadran sont en chiffres romains, en chiffres arabes (Ac.). Cadran, fond noir, heures blanches (Catal. jouets [Trois-Quartiers], Suppl. Madelios, 1936).
Synon. de horaire. Se procurer les heures des marées; se renseigner sur les heures des trains.
ANTIQ. Les Heures. Divinités de la mythologie gréco-romaine, personnifiant les saisons. Il rouloit sous des portiques semés de paillettes d'or, comme le Soleil conduit par les Heures (CHATEAUBR., Ét. disc. hist., t. 3, 1831, p. 61).
c) ANTIQ. Adj. ordinal + heure. Partie de la journée (divisée en 12 heures) entre le lever et le coucher du soleil, de longueur variable selon les saisons (la fin de la sizième heure correspondant à midi) :
8. ... on se levait de bon matin à Rome, et, vers la première ou la deuxième heure du jour, tout était en mouvement (...) — mais ensuite, vers la huitième heure de la journée ou la quatrième de l'après-midi, toute activité avait cessé.
NERVAL, Filles feu, Isis, 1854, p. 651.
Loc. adj. De la onzième heure.
Rem. On rencontre parfois cette constr. par souci styl., sans réf. au comput anc. L'heure de mon retour était justement celle de l'arrosage, et je chéris encore cette sixième heure du soir (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 80).
d) Dame(-)d'onze(-)heures. V. dame1 I C.
3. P. méton. Moment convenu, fixé. L'heure venue. Si vous arriviez à l'heure, le matin, et si vous attendiez la fin de la consultation, au lieu de filer à onze heures et demie pour soigner votre clientèle payante (MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 756).
L'heure H. Moment prévu pour le déclenchement d'une opération. Au fond, le plus simple est de préparer l'opération en accumulant les précautions et d'attendre l'heure H pour improviser (SAN-ANTONIO, Au suivant de ces messieurs, p. 32 ds REY-CHANTR., Expr. 1979, p. 499).
Loc. adv. À l'heure; après, avant l'heure.
Fam. Avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure.
Loc. verb.
Ne pas avoir d'heure. Ne pas observer un horaire régulier. Marie : « (...) C'est vers midi que monsieur et madame déjeunent? » La concierge : « Oh! Ils n'ont pas d'heure » (BOURGET, Fille-mère, 1928, p. 203).
Être à l'heure. [Le suj. désigne une pers., un moyen de locomotion] Être exact, ponctuel. J'avais certes de la bonne tenue (...) la déférence facile et la peur toujours de n'être pas à l'heure (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 140). Avec ma détestable manie d'être à l'heure, je suis toujours le premier (GREEN, Journal, 1946, p. 16).
Vx. Prendre (une) heure, prendre jour et heure (avec qqn). Fixer le moment d'un rendez-vous. Synon. usuel fixer une heure.
SYNT. Donner, fixer une heure; oublier, laisser passer l'heure; s'informer de l'heure, se rendre (qq. part) à l'heure, se tromper d'heure; c'est l'heure; le respect, les impératifs de l'heure; l'heure limite; à l'heure convenue, dite, sonnée, fixée, indiquée, marquée, voulue.
4. LITURGIE
a) Heures (canoniales, canoniques, liturgiques). Heures prévues pour la récitation du Bréviaire :
9. Il se remémorait le symbolisme de ces heures canoniales qui retraçaient, chaque jour, au fidèle, la brièveté de la vie (...). Récitée dès l'aube, prime figurait l'adolescence; tierce la jeunesse; sexte la pleine vigueur de l'âge; none les approches de la vieillesse et les vêpres allégorisaient la décrépitude.
HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 232.
P. méton.
Au sing. Chacune des parties de l'office. Heure de prime, de sexte. Chaque heure canonique était signalée par une sonnerie de cloche, venant de l'église paroissiale, d'un monastère ou d'un beffroi municipal (Ph. CONTAMINE, La Vie quotidienne pendant la guerre de Cent ans, Paris, Hachette, 1976, p. 34).
Au plur. Office du Bréviaire. Dire, réciter ses heures.
Au sing. et au plur. Petite heure (Prime, Tierce, Sexte, None); grande heure (Matines, Laudes, Vêpres). Les petites heures se dévidaient sans difficultés; il savait d'ailleurs par cœur les hymnes et les psaumes (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 258).
Rem. ,,La récente réforme liturgique a supprimé prime pour le rite romain, ramené les petites heures à une seule et considérablement réduit les autres`` (Mus. 1976).
b) Livre d'heures et p. ell. heures. Recueil de dévotion, destiné surtout aux laïques, comportant principalement l'office de la Vierge et l'office des défunts, et en usage surtout du XIVe au XVIe siècle. Heures manuscrites, heures en français, en latin. Heures à l'usage de Paris, de Rome. Jean Foucquet, le savant miniaturiste du livre d'heures de maître Estienne Chevallier (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 164).
P. ext. Livre de prières. Cueillir, avant le départ, pour la faire sécher dans le livre d'heures de sa mère, une rose (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 61). Cette femme, qui ne lisait jamais que son livre d'heures, fit une chose extraordinaire (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 282).
II. A. — Moment du jour plus ou moins long ou plus ou moins déterminé dans le temps, selon son emploi ou l'aspect selon lequel il est considéré. Passer agréablement ses heures; ménager, régler ses heures.
Toutes ses heures sont marquées. Se dit d'une personne occupée à différentes choses dont chacune à son temps marqué (cf. Ac.).
1. Heure + adj. Heure creuse (anton. heure de pointe); heure(s) libre(s), heures perdues, tranquilles, vides. Le petit vieux était sorti sur le balcon, à l'heure habituelle (CAMUS, Peste, 1947, p. 1310).
À mes heures perdues. À mes temps libres. À ses heures perdues, elle soignait les bêtes blessées qu'elle pouvait recueillir (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 91).
2. Adj. + heure. Voici la bonne heure pour faire telle chose; c'est une mauvaise heure pour lui parler (Ac.).
3. Heure + compl. déterminatif. L'heure de l'angélus est passée et je ne l'ai pas entendue (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 57). Elle craignait d'arriver à l'hôpital après l'heure des visites (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 269).
SYNT. Heure des adieux, d'affluence, d'attente, de pointe, de sortie, du bain, du coucher, du couvre-feu, du crépuscule, du déjeuner, du départ, du dîner, du goûter, de la messe, de la prière, de la promenade, de la récréation, du repas, de la sieste, de la soupe, du souper, du thé; heures de fermeture, d'ouverture; aux heures de bureau, des repas.
4. Adj. poss. + heure. Moment qui convient à quelqu'un ou qui est dans ses habitudes pour entreprendre quelque chose; moment où quelque chose doit arriver. Attendre, choisir son heure. Vint à passer dans la rue le marchand de petits gâteaux. C'était son heure (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 81). Ainsi l'ennemi était là (...). Il ne refusait pas le combat, mais il prétendait le livrer à son heure, à sa façon et dans le champ qui lui convenait (FEUILLET, Bellah, 1850, p. 243).
Loc. adv. À ses heures. Par intermittence, selon sa fantaisie. Il ne veut travailler, il ne veut manger qu'à ses heures, il ne fait rien qu'à ses heures (Ac.).
Loc. verb. Venir à son heure. Venir au moment favorable, quand il plaît. Au fig. La vie n'est pas faite de seuls instants élevés. Ceux-là ne viennent qu'à leurs heures (BARRÈS, Cahiers, t. 10, 1914, p. 292).
a) Avoir son heure. [Le plus souvent au passé simple ou au passé composé] Connaître un moment de célébrité. Il y a, dans la pipe d'Ibsen, le culot de la pipe de Schopenhauer (...). Ces sombres fariboles, qui eurent leur heure, sont aujourd'hui aussi démodées que la crinoline (L. DAUDET, Idées esthét., 1939, p. 28).
b) L'heure suprême, dernière; la/sa dernière heure; son heure. Heure de la mort. Il pria le meunier de l'aider à se mettre sur son lit, en lui demandant pardon de lui donner l'embarras de sa mort, car il crut sa dernière heure arrivée (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 545). Son heure était arrivée, il agonisait debout en brave cheval qu'il avait été (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 164). L'invincible hémorragie continuait, précipitait son heure dernière (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Enf., 1882, p. 683).
Mourir avant l'heure. Mourir prématurément.
c) Il n'y a pas d'heure(s) pour les braves. Tout moment est bon pour agir, pourvu qu'on en ait le courage. Cf. brave.
5. [Autres constr.]
a) L'heure où. Le moment (habituel) où. C'était l'heure où les mécanos se frottent les yeux, et retirent les housses d'hélices (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 249) :
10. La ville dormait; les maisons étaient fermées, et les rues désertes : c'était l'heure grise, s'éteignent les lumières de la nuit, et celle du jour n'est pas encore venue...
ROLLAND, J.-Chr., maison, 1909, p. 1077.
b) L'heure de + verbe à l'inf. Le moment de. L'heure de déjeuner, de se coucher, de manger, de partir; attendre l'heure de; l'heure est venue de. P. ext. L'époque, le temps de. L'heure est passée de faire le collégien (ARLAND, Ordre, 1929, p. 57).
c) Une heure à, pour + inf., synon. du précédent. Ce n'était pas une heure à venir réveiller les gens (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 259).
B. — Moment de la vie d'un individu, d'une société. Maître de l'heure.
Loc. adj. De toutes les heures. Ami de toutes les heures. Ami fidèle. (Dict. XIXe et XXe s.).
1. Heure + adj. L'heure actuelle; heures décisives, difficiles, douces, graves, terribles, tragiques; connaître, vivre des heures délicieuses, exaltantes. Cette lecture arrive à propos pour me distraire des tristesses de l'heure présente (BARRÈS, Cahiers, t. 5, 1906, p. 3).
À l'heure actuelle, présente. De nos jours, à notre époque, en ce moment. La crise qui sévit sur les théâtres (...) à l'heure présente, personne ne veut payer sa place (GONCOURT, Journal, 1892, p. 331). J'ai porté, hier, à Joseph les mille francs qui représentent à l'heure actuelle la totalité de mon capital (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 46).
2. Adj. + heure. Belle, bonne, grande, longue, mauvaise heure.
3. Heure + compl. déterminatif
[Indiquant une durée] Heure(s) d'abandon, de découragement, de défaillance, de détente, d'ivresse.
[Indiquant un moment déterminé] Heure de la mort, du péril, de la retraite; heure du berger; heure de vérité.
C. — Loc. adv.
1. Région. (Ouest). À basse, à haute heure. Tard, tôt dans la journée. Faire la sieste jusqu'à basse heure (E. PÉROCHON, Babette et ses frères, Paris, Plon, 1936, p. 115).
2. Vx ou région. À bonne heure
a) À propos, au bon moment. Ah, dame, monsieur le notaire, je crois bien que vous arrivez juste à bonne heure, comme on dit (MARTIN DU G., Testam. P. Leleu, 1920, III, p. 1158).
À la male heure. Mal à propos, au mauvais moment. Anton. de à la bonne heure. À la male heure êtes venu vous mettre Entre mes mains, bâtard! (LECONTE DE LISLE, Poèmes trag., 1886, p. 162). Ô cruelle Violaine! désir de mon âme, tu m'as trahi! Ô détestable jardin! ô amour inutile et méconnu! jardin à la male heure planté! (CLAUDEL, Annonce, 1912, IV, 5, p. 98).
b) Tôt le matin. La porte est close. La Célestine doit avoir fait son ménage à bonne heure. Non... la Célestine n'est pas levée (MARTIN DU G., Vieille Fr., 1933, p. 1038).
3. À cette heure. Maintenant (moment de la journée ou d'une époque). Les dieux sont sur nous à cette heure penchés (HUGO, Légende, t. 3, 1877, p. 194).
À cette heure où, à cette heure que (vx). Au moment où, maintenant que. À cette heure où je vous écris, on vend mes derniers meubles (HUGO, Corresp., 1852, p. 108).
Rem. Certaines graph. se rapprochent de la prononc. pop. vieillie ou région. L'intervention du garde champêtre arrêta heureusement sa réplique. — Elle est peut-être bien réveillée à ct'heure, dit-il d'un air finaud (BERNANOS, Crime, 1935, p. 751).
4. À, dès la première heure; à, dès la dernière heure. Le plus tôt possible, très tôt; le plus tard possible, très tard. Il avait été, dès la première heure, saisi, pour cette maison, d'un goût passionné (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 88). Demain, à la première heure, tu repartiras pour les Syrtes. Dieu sait quand et comment nous nous reverrons jamais (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 351).
5. À l'heure qu'il est
a) À ce moment de la journée. Synon. maintenant. Si vous vouliez envoyer l'acte à mon maître, il fallait vous dépêcher davantage. Il est mort à l'heure qu'il est, ou peu s'en faut (A. FRANCE, Jocaste, 1879, p. 105).
b) À l'époque actuelle. Synon. aujourd'hui, actuellement, maintenant. Plût au ciel qu'elle [notre fortune] fût faite depuis longtemps (...) à l'heure qu'il est, nous roulerions carrosse à Paris (MÉRIMÉE, Théâtre Gazul, 1825, p. 75).
6. Fam., vieilli et région. À pas, à point d'heure. Très tôt ou très tard. On sera encore obligés de se lever à point d'heure, à cause de toi (M. LIOTIER, Celui qui va devant, Paris, Arthaud, 1974, p. 212).
7. À toute heure (du jour, de la nuit)
a) À tout moment (du jour, de la nuit). Magasin ouvert à toute heure; casse-croûte à toute heure. M. le curé, sa mère, sa sœur, jusqu'à M. Trouche, sont aux petits soins pour vous; (...) ils sont debout à toute heure du jour et de la nuit (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p. 1179). Je sors seule à toute heure du jour et de la nuit (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 302).
b) À n'importe quel moment. Il arrivait seul à toute heure du jour (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 376). Les Beauchemin pouvaient, à toute heure du jour, recevoir du passant, sur la route ou sur le chenal, un mot, un salut, un signe d'amitié (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 16).
8. Pop., vieilli. Pour l'heure. Pour le moment, dans les circonstances du moment; maintenant. Pour l'heure, j'avais bien d'autres hontes à fouetter (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p. 315). Elle reprit pour l'heure cet air modeste et d'eau dormante (BARRÈS, Déracinés, 1897, p. 283).
Pour le quart d'heure. Pour l'instant.
9. Dans l'heure, sur l'heure. À l'instant même. Synon. aussitôt, sur le champ, immédiatement, illico (fam.). Cours l'annoncer sur l'heure à mon grand-écuyer (DELAVIGNE, Louis XI, 1832, V, 7, p. 210).
10. Tout à l'heure
a) Vx. [Futur immédiat] Tout de suite. Benjamin, qui sera pendu le premier, si nous ne l'assommons tout à l'heure (COURIER, Pamphlets pol., Lettres partic., 1820, p. 58).
Rem. Certaines graph. se rapprochent de la prononc. pop. Je m'en vas te le dire t'à l'heure, fit Alphonse. Vaut mieux pas se monter l'espérance avant d'être sûr de son coup (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 75).
b) [Futur proche] Dans un moment, après un laps de temps, bientôt. À tout à l'heure. Ces affamés qui, à peine à table, se sont emplis de potage et de bouilli, sans songer qu'il va venir tout à l'heure de la dinde truffée et des sorbets (FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p. 27).
c) [Passé proche] Il y a un moment, il y a peu de temps. Je pensais tout à l'heure à un pipeau de berger pyrénéen que j'avais acheté à Saint-Sauveur (GREEN, Journal, 1941, p. 166).
11. D'heure en heure
a) Toutes les heures, à chaque heure. Une régularité d'infirmiers distribuant, d'heure en heure, des cuillerées de potion et de tisane (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 24). La TSF se mit (...) à annoncer d'heure en heure la progression des troupes du Reich (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 120).
b) D'un moment à l'autre, à mesure que le temps passe. Voyant les choses empirer d'heure en heure, il se désola (A. FRANCE, Crainquebille, Riquet, 1904, p. 81).
12. Heure(s) par heure(s), heure à heure (vx). Une heure après l'autre. Écrire l'histoire de notre vie, heure à heure, minute à minute (SOULIÉ, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 296). Quinze jours s'écoulèrent, quinze jours, où, heures par heures, il pouvait suivre les nuances dégradées d'un courage qui fuyait (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 252). Je pouvais donner, heure par heure, l'emploi de mon temps (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 262).
13. D'une heure à l'autre. Dans un délai d'une heure, d'un moment à l'autre.
Synon. de bientôt. Il va venir d'une heure à l'autre.
14. De bonne heure. Anton. tard.
a) Tôt le matin ou à un moment de la journée en avance sur l'heure fixée ou habituelle. Se coucher, se lever de bonne heure; la nuit tombe de bonne heure. Il est de trop bonne heure pour dîner (Ac.). Il sursautait au moindre bruit (...) et ça commençait de très bonne heure avec le laitier (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 568). Nous nous acheminâmes vers N'Gaoundéré le lendemain, d'assez bonne heure (GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p. 1221).
Au fig., fam. Il faut (faudra, faudrait...) se lever de bonne heure pour. Il est très difficile de. Pour lui faire de la peine, il faut se lever de bonne heure... ou se coucher plus tard (A. BLONDIN, Un Singe en hiver, p. 91 ds REY-CHANTR. Expr. 1979, p. 506).
b) Tôt ou avant l'époque habituelle, l'âge normal. Favourite (...) avait eu de très bonne heure un chez-soi (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 155).
Emploi adj. « Pâques est de bonne heure, cette année... » et l'on se réjouit, parce que la traversée de l'hiver sera plus courte (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 204).
15. De meilleure heure. Plus tôt. Venez une autre fois de meilleure heure. Il rentra de meilleure heure le samedi pour s'assurer que tout était prêt (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 472).
De meilleure heure que. Plus tôt que. Beethoven était, de bonne heure — (de meilleure heure que Mozart) — exercé à l'interprétation pianistique de l'œuvre de J.S. Bach (ROLLAND, Beethoven, t. 1, 1937, p. 280).
REM. 1. Heure entre dans la compos. de lexies du domaine techn., comme second élément (ampère heure, kilowattheure) ou premier élément : heure-machine, subst fém. ,,Unité de temps de travail correspondant au travail d'une machine pendant une heure`` (MÉTRO 2975). 2. Heural, subst. masc., hapax. À peine arrivé à Brunswick, il [Benjamin Constant] lui adresse [à Mme de Charrière] l'épître suivante (...) qui ressemble à un journal, ou plutôt à un heural, comme ils disaient (SAINTE-BEUVE, Portr. littér., t. 3, 1844-64, p. 226).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. heur, heurt. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 « point situé dans le temps en général, moment d'un événement » (Alexis, éd. Chr. Storey, 305 : Ne guardent l'ure Que terre nes enclodet [sur le sens de cette expr. v. Romania t. 44, pp. 586-594]); 2. ca 1150 de bone heure « à un moment favorable, sous de bons auspices » (Charroi de Nîmes, éd. D. MacMillan, 460); fin XIIe s. a bone hore « id. » (Chanson de Guillaume, éd. D. MacMillan, 2046); d'où fin XIVe s. a la bonne heure « voilà qui est bien! » (FROISSART, Chron., éd. Buchon, IV, XI, t. 3, p. 36), pour ces expr., infl. de heur; 3. ca 1450 l'heure de qqn ici « derniers moments, heure de la mort » (Mistere du Vieil Testament, éd. J. de Rothschild, 4136); 4. fin XIVe s. pour l'heure « à ce moment-là » (FROISSART, op. cit., t. 3, p. 35); ca 1450 id. « dans le moment présent, pour le temps présent » (Mistere du Vieil Testament, éd. citée, 42403). B. 1. a) 1130-40 « moment de la journée selon les divisions du temps en vigueur » (WACE, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 1484 : la tierce ore); ca 1150 (ID., St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 842 : A une hure); b) 1re moitié XIIe s. tutes ures « à toutes les heures, tout le temps » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, LVIII, 5); c) 1160-74 « moment de la journée, heure prévue pour une activité ou une action particulière » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 2312); 1176-81 emploi abs. (CHR. DE TROYES, Chevalier lion, éd. M. Roques, 4010 : Quant ore fu); d) 1172-75 « moment de la journée correspondant à celui d'une activité d'heure régulière » ore de souper (ID., Chevalier charrette, éd. M. Roques, 450); e) 1176-81 a ore « tout de suite » (ID., Chevalier lion, éd. citée, 4297); ca 1210 en l'ore « aussitôt, tout de suite » (R. DE HOUDENC, Meraugis, 3645 ds T.-L.); 1540 sur l'heure (N. HERBERAY DES ESSARS, Amadis, éd. H. Vaganay, 51 ds IGLF); f) 2e moitié XIIIe s. de bele heure « tôt » (CHR. DE TROYES, Perceval, éd. A. Hilka, var. ms. L, 2080); ca 1450 [de bonne heure (Mistere du Vieil Testament d'apr. FEW t. 4, p. 470b] a bonne heure « au bon moment, pas trop tard » (ibid., éd. J. de Rothschild, 28164); 1539 de bonne heure « tôt » (EST.); g) ca 1260 d'eure en eure « d'un instant à l'autre » (Ménestrel de Reims, 70 ds T.-L.); 1288 id. « encore toujours » (J. DE JOURNI, Dîme de Pénitence, 837, ibid.); h) 1549 tout a ceste heure « tout de suite, à l'instant même » (EST.); 1628 tout à l'heure « id. » (SOREL, Francion, I ds DUB.-LAG.); 1647 tout à l'heure « il y a un instant » (CORNEILLE, Héraclius, II, IV, éd. Ch. Marty-Laveaux, V, 181); 1694 (Ac. : On dit... tout à cette heure, tout à l'heure pour dire, Dans un moment); 2. a) 1174-76 au plur. « prières dites à heures régulières » ses hures chanter (G. DE PONT STE-MAXENCE, St Thomas, 4465 ds T.-L.); b) ca 1250 « livre de prières » (Pères 69B159 d'apr. K. Baldinger ds Z. Rom. Philol., t. 94, p. 355 : Ses heures seur. i. cofre prist); cf. aussi ca 1274 (ADENET LE ROI, Berte, éd. A. Henry, 2652); 3. a) 1505 « indication exacte du moment de la journée d'après le système de mesure du temps en vigueur » donner l'eure (Compte de dépenses de la construction du Château de Gaillon, éd. A. Deville, 133 ds IGLF); b) 1751 « chiffre indiquant l'heure sur une horloge » (Encyclop. t. 2, p. 525, s.v. cadran). C. 1. Ca 1150 unité de durée en si poi d'ure « en si peu de temps » (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1085); 1160-74 plus précisément « division du jour d'une durée déterminée » (ID., Rou, éd. A. J. Holden, II, 1963); 2. 1176-81 « le temps » (CHR. DE TROYES, Chevalier lion, éd. M. Roques, 5883 : Sire, ore passe); 3. a) 1662 division du temps mesurant une activité une heure de peine (PASCAL, Pensées, éd. L. Lafuma, § 84); b) 1694 spéc. en parlant du temps de travail (Ac. : il gagne tant par heure); 1740 (ibid. : On dit, Prendre quelqu'un à l'heure, pour dire, Faire travailler quelqu'un à condition de le payer tant par heure : Et, Etre à l'heure, pour dire, Etre employé à condition d'être payé tant par heure); 4. 1690 (FUR. : Heure, est aussi une mesure de chemin chez la plus-part des nations. On dit, Il y a tant d'heures de chemin, pour dire, un chemin qu'on peut faire en tant d'heures). Du lat. hora, unité de mesure du temps désignant un point aussi bien dans le temps en général que dans la journée d'après le système de division du temps, ou une durée. Fréq. abs. littér. : 67 953. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 82 056, b) 124 650; XXe s. : a) 108 508; b) 86 928. Bbg. LA LANDELLE (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 290-291. - QUEM. DDL t. 6, 14, 17, 18,19.

heure [œʀ] n. f.
ÉTYM. 1080, ore; eure, ure, v. 1050; le h du lat. hora a été rétabli très tôt dans l'écriture.
A
1 Espace de temps égal à la vingt-quatrième partie du jour (pratiquement, aujourd'hui, du jour solaire moyen). || La division du jour en vingt-quatre heures remonte à la plus haute antiquité. || Heures du jour, heures de la nuit. || Répartition des heures, en Grèce et à Rome, en 12 heures de jour et 12 heures de nuit qui n'étaient d'égale durée qu'aux équinoxes (heures équinoxiales de Galien). || Égalité des heures (généralisée dans les temps modernes). || Heure sidérale, heure solaire vraie, heure solaire moyenne. || L'heure est subdivisée en 60 minutes. || Demi-heure, quart d'heure. Demi-heure, 2. quart (2.).
1 Le chronomètre le plus parfait, c'est le ciel lui-même. Il suffit, en effet, lorsqu'on sait exactement la latitude de son observatoire, d'y mesurer à chaque instant la distance au zénith d'un astre quelconque, dont la déclinaison (…) est actuellement bien connue, pour en conclure l'angle horaire correspondant et, par une suite immédiate, le temps écoulé (…) Ce procédé (…) sert, dans nos observatoires, à régler la marche des horloges en la confrontant avec celle de la sphère céleste. On peut même se borner (…) à modifier le mouvement du chronomètre jusqu'à ce qu'il marque vingt-quatre heures sidérales entre les deux passages consécutifs d'une même étoile à une lunette fixée (…)
A. Comte, Cours de philosophie positive, I, p. 222.
Pendant, durant une heure, deux heures, plusieurs heures (→ Accabler, cit. 22; arrêter, cit. 36; 2. baiser, cit. 27). || Une heure, des heures : pendant une heure, pendant des heures (→ Entrée, cit. 2; filature, cit. 2; flanc, cit. 1; 1. frais, cit. 32). || J'ai attendu deux heures. || Deux heures de temps (→ Amuser, cit. 2; an, cit. 3), deux heures d'horloge (→ Daigner, cit. 9). || Deux heures entières (insiste sur le contenu affectif temporel). || Avoir une heure de temps à perdre. — ☑ N'avoir pas une heure à soi : être très occupé. || Trois heures de suite (→ Application, cit. 10), d'affilée (cit. 1). || Pendant des heures entières (→ Forme, cit. 30). || Prendre, louer une chambre pour quelques heures. || Plusieurs heures par jour, par semaine (→ Asseoir, cit. 38; géhenne, cit. 5). || Passer, consacrer une heure, des heures à qqch., à faire qqch. (→ Brosser, cit. 1; enrager, cit. 6; fréquenter, cit. 2). || En une, en quelques heures (→ Banque, cit. 4; forger, cit. 7; gagner, cit. 62). || Deux heures avant, après; deux heures plus tôt, plus tard (→ Astrakan, cit. 1; attaquer, cit. 3; auparavant, cit. 6; flamboiement, cit. 3). || Depuis tant d'heures (→ Armoire, cit. 7; 2. général, cit. 21). || Avancer, retarder son départ d'une heure. || Revenez dans une heure. || Délai de vingt-quatre, de quarante-huit heures.Liturgie. || Prière des quarante heures (→ Exaucer, cit. 7).
2 Une heure après la mort, notre âme évanouie
Sera ce qu'elle était une heure avant la vie.
Cyrano de Bergerac, la Mort d'Agrippine, V, 6.
3 Bon ! Cela fait toujours passer une heure ou deux.
Racine, les Plaideurs, III, 4.
4 Au bout de vingt-quatre heures ils revirent le jour (…)
Voltaire, Candide, XVII.
5 Réponds; un siècle est comme une heure
Devant mon regard éternel.
Hugo, Odes, I, X.
5.1 Une heure n'est pas une heure, c'est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 889.
6 (…) mon régime essentiel c'était en somme les légumes secs. Ils mettent longtemps à cuire. Je passais à surveiller leur ébullition des heures dans la cuisine (…)
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 242.
7 J'ai trouvé beau qu'il (Giacometti) me dise un jour, à propos de statues qu'il venait de détruire : « J'en étais content mais elles n'étaient faites que pour durer quelques heures. » Quelques heures : comme une aube, comme une tristesse, comme un éphémère.
Sartre, Situations III, p. 295.
(XVIIe). || Heure de : heure consacrée à, passée dans, occupée par. || Une heure, des heures de repos, de sommeil, de lecture, de solitude, de liberté, de loisir (→ Écrasant, cit. 4; étude, cit. 5). || Deux heures de marche, de route, de chemin de fer (→ Frein, cit. 14), d'avion. || Une heure de soleil (→ Feutrer, cit. 4). || Heures de classe, de bureau (→ Fonctionnaire, cit. 4). || Il doit tant d'heures de travail.
8 (…) ce ne fut qu'après avoir bien concerté mon plan que je pus trouver deux heures de repos.
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre LXIII.
9 J'envie quelquefois votre sort : vous êtes maître de vos heures de loisir et de travail; vous disposez de votre temps comme il vous plaît.
Fontanes, Lettre à Chênedollé, in Sainte-Beuve, Chateaubriand…, t. II, p. 221.
10 Une heure de liberté totale. L'heure autour de laquelle la journée tourne, comme une roue aux lenteurs exaspérantes. L'heure où l'on est enfin soi-même, sous le regard complice et stimulant d'un être qui vous aime (…)
G. Duhamel, Salavin, III, X.
11 Il y a en effet quelque chose de calme, et de rassurant dans les premières heures d'obscurité (…)
J. Green, Adrienne Mesurat, I, IV.
12 Après une heure d'incendie, il ne restait presque rien de mon édicule.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 163.
13 Il voudrait surtout faire comprendre à ce peuple ouvrier, venu pour acclamer son tribun, que ce qui importe, pour l'instant, ce n'est pas d'obtenir des augmentations de salaires, des réductions d'heures de travail.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XXIII, p. 255.
Spécialt. Heure de trajet. || Vous êtes à une heure (de marche, de voiture, de train, d'avion, selon les contextes) de cette ville.
Heure de travail. || Journée de huit heures. || Semaine de quarante heures, de trente-neuf heures, de trente-cinq heures.
14 (…) c'est lui (le syndicalisme) qui, en un siècle, a prodigieusement amélioré la condition ouvrière depuis la journée de seize heures jusqu'à la semaine de quarante heures.
Camus, l'Homme révolté, p. 367.
Plusieurs fois (cit. 8) par heure. || Vingt fois l'heure (→ 2. Fin, cit. 14).
(1886, in Petiot). || Faire (cit. 110) tant de kilomètres à l'heure : aller à une vitesse qui, constamment soutenue, ferait parcourir tant de kilomètres en une heure. || Atteindre le cent à l'heure, une vitesse de 100 km à l'heure (→ Côte, cit. 10). || Rouler à quarante à l'heure.Coureur qui fait vingt kilomètres dans l'heure.(1909, in Petiot). || Battre le record de l'heure, le record de la distance parcourue en une heure (par un cycliste, un coureur). aussi Kilomètre-heure.
15 Tout en songeant, il fouettait le cheval, lequel trottait de ce bon trot réglé et sûr qui fait deux lieues et demie à l'heure.
Hugo, les Misérables, I, VII, V.
Prendre, louer une voiture à l'heure, payable selon le nombre d'heures qu'on l'emploie et non selon le kilométrage.Ouvrier qui est payé, qui travaille, (1862) qui est à l'heure, dont la paye est calculée d'après le nombre d'heures de travail fourni (par oppos. à à la tâche, aux pièces; Horaire; et aussi par oppos. aux rémunérations hebdomadaires, mensuelles). || Il gagne trois cents francs l'heure. || Gagner tant par heure, (vieilli) tant de l'heure. || Il touche deux cents francs de l'heure, par heure.Loc. fig. Fam. S'embêter à cent sous (de) l'heure, au plus haut point.(1870). || Heure supplémentaire, effectuée au-delà de la durée légale du travail, ou en dehors des heures normales. || Faire des heures supplémentaires (abrév. fam. : des heures sup [1974, in D. D. L.]).
16 (…) Marius aperçut un cabriolet de régie qui passait à vide sur le boulevard (…) Marius fit signe au cocher d'arrêter, et lui cria : — À l'heure ! (…) — Payez d'avance, dit le cocher.
Hugo, les Misérables, III, VIII, X, « Tarif des cabriolets de régie : deux francs l'heure ».
17 Ils allèrent donc aux Noctambules, où ils s'empoisonnèrent à cent sous de l'heure.
Aragon, les Beaux Quartiers, II, III.
Qualifié par un adj. exprimant un sentiment de la durée. || Une bonne (1862), une grande heure : une heure entière ou même un peu plus (→ Fluctuation, cit. 3). || Trois bons (cit. 28) quarts d'heure. || S'enfermer (cit. 17) de longues heures. || Une petite heure : un peu moins d'une heure. || Trois mortelles heures (→ Arme, cit. 2).Des heures qui paraissent longues, courtes, selon les sentiments, les occupations de la personne pendant ce temps (→ Abréger, cit. 8; allonger, cit. 9; désœuvrement, cit. 2; écourter, cit. 1).Compter les heures.(1669). Par exagér. || Voilà une heure qu'on t'attend, dépêche-toi un peu ! Longtemps.
18 Les heures passent vite quand nous sommes ensemble; j'ai tant de choses à vous dire, et vous m'écoutez si bien !
Flaubert, Correspondance, 55, 22 janv. 1842.
19 Que lentement passent les heures
Comme passe un enterrement
Tu pleureras l'heure où tu pleures
Qui passera trop vivement
Comme passent toutes les heures.
Apollinaire, Alcools, « À la Santé », V.
Au plur. ou au sing. collectif. Littér. Le temps. || Les heures passent vite. || L'heure s'enfuit (→ Flétrir, cit. 21). || L'effilochage (cit.) des heures. || Le cours (cit. 14) rapide des heures. || Au fil (cit. 33) des heures. || Passage, fuite (cit. 9 et 10) des heures. || Heures qui usent, qui rongent (→ Flambeau, cit. 2). || L'heure fugitive (→ Aimer, cit. 34 et 35; couler, cit. 11).
20 Les minutes s'écoulaient lentement, mais les heures passaient vite.
P. Mac Orlan, la Bandera, XVII.
2 (1505, donner l'eure). Point précis du jour, pratiquement déterminé par référence à un instrument de mesure (horloge, pendule, montre) et chiffré de 0 à 23 sur la base des 24 divisions du jour (symb. : h). || Le train de 20 h 50, de 0 h 45; magasin ouvert de 8 h à 12 h et de 14 h à 18 h.
REM. 1. La langue courante emploie minuit au lieu de 0 heure, et midi au lieu de 12 heures; d'autre part, la numérotation reprenant de 1 à 11 pour les heures qui suivent midi, les heures de 1 à 11 de la première moitié du jour sont précisées en ajoutant du matin, tandis que les heures de 1 à 11 de la seconde moitié sont précisées en ajoutant de l'après-midi (→ aussi Relevée) ou du soir. Ex. : 15 heures se dit couramment 3 heures de l'après-midi (ou 3 heures) et 19 heures se dit 7 heures du soir (ou 7 heures).
2. Le décompte purement numérique (de 0 à 23 pour les heures, de 1 à 59 pour les minutes) se répand dans l'usage avec la diffusion des montres et horloges à affichage numérique. Ex. : Il est quinze heures quarante, au lieu de il est quatre heures moins vingt; → ci-dessous, les syntagmes usuels.
Détermination de l'heure (sidérale ou moyenne) au moyen d'un astrolabe. Sciographie. || Bureau International de l'Heure (B. I. H.). || Heure locale, différente d'un méridien à l'autre. || Heure française, allemande. || L'heure est uniforme à l'intérieur de chacun des 24 fuseauxhoraires.(1866). || Heure légale, en France celle du méridien de Greenwich avancée d'une heure. Temps (légal). Au Canada. || Heure normale du Nord (T. U. [« temps universel »] −3 h 30), de l'Atlantique (T. U. −4 h), de l'Est (T. U. −5 h), du Centre (T. U. −6 h), des Rocheuses (T. U. −7 h), du Pacifique (T. U. −8 h).Heure d'été : temps en usage avancé d'une heure (parfois de deux) par rapport au temps universel, pendant l'été.Au Canada. || Heure avancée. || Avancer, retarder l'heure.
21 (…) Dans toute une partie du ciel — du ciel ignorant de l'heure d'été et de l'heure d'hiver, et qui ne daignait pas savoir que 8 h 1/2 était devenu 9 h 1/2 — dans toute une partie du ciel bleuâtre il continuait à faire un peu jour.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 762.
22 — Il n'y a plus d'heure française, eh ! fada. De Marseille à Strasbourg les Fritz ont imposé la leur. — Peut se faire, dit le sergent, paisible et têtu. Mais celui qui me fera changer mon heure il est pas encore né.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 257.
Dr. || Heure légale : « heure fixée par la loi, avant ou après laquelle il est interdit de faire certains actes » (Capitant).
23 Aucune signification ni exécution ne pourra être faite, depuis le 1er octobre jusqu'au 31 mars, avant six heures du matin et après six heures du soir (…)
Code de procédure civile, art. 1037.
Cour. || Quelle heure est-il ? Pop. || Quelle heure qu'il est ? Fam. || Quelle heure il est ?, quelle heure c'est ?Savez-vous l'heure ? || Il m'a demandé l'heure (→ Fredonner, cit. 4). || Pouvez-vous me dire l'heure qu'il est ?Loc. fam. Je ne vous demande pas l'heure qu'il est ! : je ne vous ai pas adressé la parole, mêlez-vous de ce qui vous regarde.Avoir l'heure : connaître l'heure par un instrument (montre) qu'on a sur soi (→ ci-dessous, supra cit. 24).L'heure exacte (→ Estimer, cit. 3), l'heure juste. || Perdre le sentiment de l'heure, oublier l'heure (→ Extraordinaire, cit. 13). || Que faites-vous dehors à cette heure-ci ? || À quelle heure ? (→ Boîte, cit. 11). || À la même heure (→ Cadenas, cit. 2). || À n'importe quelle heure. || À l'heure même : au moment même où… (concomitance, synchronie). || À heures fixes, à des heures réglées (→ Fièvre, cit. 2; élévation, cit. 6). || Absorber (cit. 1) un verre toutes les heures, tous les quarts d'heure. || Faire attention à l'heure. || Se tromper d'heure. — ☑ Loc. Mettre, remettre (une montre, une pendule, une horloge…) à l'heure, en régler les aiguilles ou les chiffres affichés de façon qu'ils indiquent l'heure exacte. — ☑ Loc. métaphorique. Remettre les pendules à l'heure. Pendule.
24 Ma forme de vie est pareille en maladie comme en santé : même lit, mêmes heures, mêmes viandes me servent, et même breuvage.
Montaigne, Essais, III, XIII.
25 Tout mouvement projeté à Nantes était à l'heure même connu, prévenu, de l'autre côté de la Loire.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., XVI, I.
26 Elle avait trop longtemps vécu selon les exigences d'un rigoureux emploi de la journée pour ne pas être elle-même quelque peu atteinte de la manie des heures fixes, et ce dérangement apporté aux allées et venues de son père lui semblait étrange.
J. Green, Adrienne Mesurat, I, XIII.
(Précédé d'un adj. numéral). || À deux, à trois heures du matin, vers cinq heures du soir. (argotique) Plombe.
26.1 Sur l'agenda, sitôt levé je pus lire : tâcher de se lever à six heures. Il était huit heures; je pris ma plume; je biffai; j'écrivis au lieu : Se lever à onze heures. — Et je me recouchai, sans lire le reste.
Gide, Paludes, in Romans, Pl., p. 128.
À cinq heures juste, (1856) battant (ou battantes), (1690) sonnant, (XXe) tapant.Fam. À cinq heures pétant (ou pétantes).REM. Dans ces loc., « tantôt la forme en -ant s'accorde (…) tantôt — et c'est, semble-t-il, l'usage le plus suivi (…) — la forme en -ant est laissée invariable » (Grevisse, qui cite, dans le premier cas Maupassant, France, Loti, les Goncourt, Colette…, et dans le second, Flaubert, Stendhal, Barrès, Martin du Gard, etc.).
À, jusqu'à, avant, depuis, après… une heure, trois heures… (→ Allure, cit. 1; après-midi, cit. 4; assoupir, cit. 1; garnison, cit. 3). || Vers sept heures (→ Attention, cit. 19; attroupement, cit. 4; bouder, cit. 3). || Il est plus de huit heures, huit heures passées (→ 1. Fin, cit. 6).Deux heures quinze, quatorze heures quarante-cinq, dix-neuf heures cinquante (→ Flottille, cit.; attaque, cit. 17). → rem. 2. ci-dessus, infra cit. 20. — ☑ Loc. Chercher midi à quatorze heures.(Les minutes 15, 30 et 45 étant remplacées, dans la langue cour., par des expr. formées avec quart et demie). || Six heures un quart, et quart, six heures et demie, six heures trois quarts (ou sept heures moins le quart). Régional. || Six heures quart.(Les minutes de la première demi-heure s'ajoutant, dans la langue cour., à l'heure passée mais se déduisant, pour la seconde demi-heure, de l'heure à venir). || Deux heures dix, trois heures vingt-cinq, six heures moins vingt, six heures moins un quart, et cour., moins le quart (→ Fermer, cit. 27; ficher, cit. 12; filer, cit. 28).Ellipt (le mot heure étant sous-entendu, quand il n'est pas suivi d'indication de minutes). || De deux à trois, de cinq à sept… (→ ci-dessous, cit. 30).
27 C'est à l'aventure quelque sens particulier qui découvre aux coqs l'heure du matin et de minuit, et les émeut à chanter (…)
Montaigne, Essais, II, XII.
28 Il n'est pas encore cinq heures; je ne dois aller retrouver Maman qu'à sept : voilà bien du temps, si j'avais quelque chose à te dire !
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre I.
29 N'oubliez pas d'être à ma porte à quatre heures et demie du matin très précises (…)
Hugo, les Misérables, I, VII, II.
30 Je me promène seul le soir de 5 à 9 (heures).
Apollinaire, Calligrammes, « À Nîmes ».
31 — Quelle heure est-il ?
— Il est déjà quatre heures un quart, dit Bloyé.
Philippe secoua sa femme et lui cria :
— Berthe, réveille-toi… Il est quatre heures passé…
P. Nizan, le Cheval de Troie, I.
Loc. fam. Par plais. À pas d'heure : à une heure indue; spécialt, très tard. || Se coucher, rentrer à pas d'heure.
Heure indiquée par l'horloge, la montre… (→ Cause, cit. 5; évider, cit. 1). || Voir, regarder, lire l'heure. || Cet enfant ne sait pas encore lire l'heure. || Cadran où sont portées les heures et les minutes (→ Émail, cit. 3), marquant la demie de dix heures (c'est-à-dire dix heures et demie; → Gare, cit. 3), qui dit l'heure (→ Funeste, cit. 20). || L'horloge sonne, carillonne (cit. 1) l'heure, les heures, la demie et les quarts. || Trois heures ont sonné (→ Abandonner, cit. 20). || Sur le coup de dix heures, de midi. || Prendre l'heure : régler sa montre sur l'heure indiquée par une horloge. Mar. || Heure de bord, celle qu'indique la montre d'habitacle.
32 On portait des montres jadis, parce qu'il n'y avait pas d'horloges. Aujourd'hui, vous n'iriez pas écrire votre nom chez un suisse de bonne maison sans voir l'heure. Toutes les églises, les administrations, les ministères, voire les boutiques, ont des pendules. Nous marchons sur des méridiens, sur des canons de midi. On ne fait pas une enjambée sans se trouver face à face avec un cadran : aussi une montre est-elle du vieux style.
Balzac, Code des gens honnêtes, I, I, in Œ. diverses, t. I, p. 73.
33 Le carillon, c'est l'heure inattendue et folle,
Que l'œil croit voir, vêtue en danseuse espagnole (…)
Hugo, les Rayons et les Ombres, Écrit sur la vitre…, XVIII.
34 (…) c'était chez Françoise un de ces défauts particuliers, permanents, inguérissables, que nous appelons maladies, de ne pouvoir jamais regarder ni dire l'heure exactement (…) Quand Françoise, ayant ainsi regardé sa montre, s'il était deux heures disait : il est une heure, ou il est trois heures, je n'ai jamais pu comprendre si le phénomène qui avait lieu alors avait pour siège la vue de Françoise, ou sa pensée, ou son langage (…)
Proust, la Prisonnière, Pl., t. III, p. 156.
35 Il faut aussi que la demie de sept heures ait sonné au clocher bulbeux (…)
Colette, la Naissance du jour, p. 196.
36 L'heure qui sonnait tira Mme Londe de sa contemplation. Elle se redressa et attendit pour se lever que les sept coups eussent retenti dans le silence de la petite pièce.
J. Green, Léviathan, I, III.
(Pour indiquer une direction, par comparaison avec un cadran de montre dont le midi correspond à la direction « droit devant soi »; d'abord dans le langage des pilotes d'avions militaires). || Appareil non identifié à dix heures (à deux heures) : devant et nettement à gauche (à droite). || À six heures : derrière, dans le dos.Avoir les pieds à dix heures dix. || Pour jouer de la caisse claire, on place les mains à huit heures vingt.
(Avec un adj. ordinal, par empr. au lat. : vers la sixième heure du jour, c'est-à-dire « vers midi »). || Les ouvriers de la onzième heure.
(1580). || Heure convenue, fixée, prescrite, déterminée (→ Avancer, cit. 16). || Énoncer, choisir une heure (→ Acte, cit. 12; aujourd'hui, cit. 2). — ☑ Loc. Vx. Prendre heure : convenir d'une heure.Mod. || À l'heure dite (→ Attente, cit. 20). || À l'heure précise, exacte. || L'heure militaire : l'heure très exacte.L'heure d'un rendez-vous (→ Étendre, cit. 38), d'une cérémonie; d'une attaque, de la relève, du couvre-feu, d'un match : l'heure fixée pour le commencement des opérations. || Voici l'heure où je dois me rendre chez lui. || Heure de départ, heure d'arrivée d'un train.Absolt. || L'heure : l'heure fixée, prévue. || Commencer avant l'heure. || Arriver après l'heure. || Être en avance (cit. 16) sur l'heure. || Arriver, être à l'heure. || Employé qui est toujours à l'heure. Exact, ponctuel. || N'avoir pas d'heure : négliger d'observer un horaire régulier. || Oublier, laisser passer l'heure. — ☑ Fam. Avant l'heure, c'est pas l'heure; après l'heure c'est plus l'heure : il faut être exact.
37 (…) la vieille, craignant de laisser passer l'heure,
Courait comme un lutin par toute sa demeure.
La Fontaine, Fables, V, 6.
38 Nous ne rentrâmes enfin qu'à l'heure convenue.
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre LIV.
39 Tout un grand mois s'écoula, pendant lequel Marius alla tous les jours au Luxembourg. L'heure venue, rien ne pouvait le retenir. — Il est de service, disait Courfeyrac.
Hugo, les Misérables, III, VI, VII.
40 Sept heures du matin : l'heure des visites officielles et des réceptions princières.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), II, IV.
40.1 — Mais tu ne veux pas rester encore un peu avec nous ? — Non, maman, il est l'heure que je monte. — L'heure, l'heure ! dit Mlle des Coulombes avec ironie, est-ce qu'il vous arriverait quelque chose si vous montiez un quart d'heure plus tard ? Il est doux à tout âge, et surtout au vôtre, de se laisser guider par la fantaisie.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 406.
3 (V. 1175). Liturgie cathol. || Heures canoniales, où l'on récite les diverses parties du bréviaire, et, par ext., ces parties elles-mêmes.Grandes heures. Laudes, matines, vêpres. || Petites heures. Complies, none, 1. prime, sexte, tierce.Livre d'Heures, ou, ellipt, Heures : recueil de dévotion renfermant les prières de l'office divin (→ Frontispice, cit. 3). || Anciens livres d'Heures, manuscrits puis imprimés. || Heures à la mode de (telle ou telle ville; en lat., horæ in modum…). || Les Très Riches Heures du duc de Berry, célèbre livre d'Heures du XVe siècle, admirablement enluminé et miniaturé.
41 Mon père, quoiqu'il eût la tête des meilleures,
Ne m'a jamais rien fait apprendre que mes heures,
Qui, depuis cinquante ans dites journellement
Ne sont encor pour moi que du haut allemand.
Molière, le Dépit amoureux, II, 6.
42 Bref, elle avait conservé les mœurs et à peu près le costume de son temps, ne se souciant que médiocrement du nôtre, lisant ses heures plutôt que les journaux, laissant le monde aller son train, et ne pensant qu'à mourir en paix.
A. de Musset, Nouvelles, « Margot », I.
43 (…) la première feuille de parchemin de ce gothique livre d'Heures, à fermoir d'émail (…)
Villiers de L'isle-Adam, Axel, I, 3.
44 Tous les détails qu'il avait autrefois connus des séculaires liturgies se pressèrent : les Invitatoires de Matines (…) des carillons chantant les heures canoniales, les primes et les tierces, les sextes et les nones (…)
Huysmans, Là-bas, III.
4 (V. 1175, ore de souper). (Qualifié par un compl. ou un adj.). Moment de la journée, plus ou moins long, ou plus ou moins exactement déterminé dans le temps, selon son emploi ou l'aspect sous lequel il est considéré. || Vous pouvez me téléphoner aux heures des repas, aux heures de bureau. || Heures libres. || Arriver chez qqn à l'heure du thé (→ Chrysanthème, cit.; écouteur, cit. 2), du goûter, de l'apéritif.Heures d'affluence, de pointe. || Heures creuses (cit. 11).L'heure de l'affût (cit. 1 et 2), de l'aube (cit. 10).L'heure la plus chaude; les heures brûlantes (→ Épanouir, cit. 19). || Une heure triste, lugubre (→ Épouvante, cit. 6), douce (→ Gaver, cit. 4), exquise (→ Déchirant, cit. 4). || Varier selon les jours et les heures (→ Frivole, cit. 6). || À l'heure accoutumée (cit. 3). || Une heure indue. || Une heure matinale. || Aux petites heures du jour : à l'aube. || À une heure avancée. Tard.
45 Que viens-tu faire en cette maison, à des heures indues ?
Beaumarchais, le Barbier de Séville, IV, 8.
46 C'était l'heure indécise et exquise qui ne dit ni oui ni non. Il y avait déjà assez de nuit pour qu'on pût s'y perdre à quelque distance, et encore assez de jour pour qu'on pût s'y reconnaître de près.
Hugo, les Misérables, V, III, IX.
47 L'heure était en effet si belle, la nuit si tranquille, un si calmant éclat descendait des étoiles, il y avait tant de bien-être à se sentir vivre et penser dans un tel accord de sensations et de rêves (…)
E. Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 179.
48 L'heure du thé fumant et des livres fermés (…)
Verlaine, la Bonne Chanson, XIV.
49 J'ai beaucoup d'heures libres ici et je ne sais trop que faire (…)
Paul Bourget, le Disciple, p. 213.
50 Les tramways étaient toujours pleins aux heures de pointe, vides et sales dans la journée.
Camus, la Peste, p. 76.
51 Cette heure du soir, qui pour les croyants est celle de l'examen de conscience, cette heure est dure pour le prisonnier ou l'exilé qui n'ont à examiner que du vide.
Camus, la Peste, p. 201.
Heure matinale. || Déjà levé, à une heure si matinale ?
Loc. (avec premier et dernier). À la première heure : de très bon matin, le plus tôt possible. || Je compte vous voir demain à la première heure.Fig. Les combattants de la première heure, ceux du début, les premiers à avoir combattu (→ Exterminateur, cit.).Nouvelles de la dernière heure, de dernière heure, celles qui parviennent à un journal dans les ultimes moments précédant la mise sous presse. || Dernière heure, rubrique réservée dans la presse à ces dernières nouvelles.Fig. Les combattants, les résistants de la dernière heure.
52 « La nouvelle n'a malheureusement pas été reçue par nous, à l'heure où nous mettons sous presse, que Leurs Excellences aient pu se mettre d'accord sur une formule pouvant servir de base à un instrument diplomatique ».
Dernière heure : « On a appris avec satisfaction dans les cercles bien informés, qu'une légère détente semble s'être produite dans les rapports franco-prussiens. On attacherait une importance toute particulière au fait que M. de Norpois aurait rencontré “unter den Linden” le ministre d'Angleterre (…) »
Proust, la Fugitive, Pl., t. III, p. 638.
L'heure où…, ces heures où… (→ Apaisement, cit. 5; azurer, cit. 2; bruit, cit. 12; engourdir, cit. 13; facteur, cit. 10; flairer, cit. 2).
53 C'était l'heure tranquille où les lions vont boire.
Hugo, la Légende des siècles, II, « Booz endormi ».
54 Et en descendant pour rejoindre ma mère qui m'attendait, à cette heure où à Combray il faisait si bon goûter le soleil tout proche dans l'obscurité conservée par les volets clos (…)
Proust, la Fugitive, Pl., t. III, p. 645.
L'heure de (suivi d'un inf.) : le moment où il est nécessaire, convenable, prescrit, habituel de… || Il est largement l'heure de se mettre à table. || C'est l'heure d'aller se coucher. || Est-ce l'heure ?; est-il l'heure de manger ? Fam. || C'est pas encore l'heure de partir ?
55 Est-il l'heure de revenir chez soi quand le jour est près de paraître ?
Molière, George Dandin, III, 6.
(Avec un adj. poss.). Moment habituel ou agréable à qqn de faire telle ou telle chose. || Ce doit être lui qui arrive, c'est son heure. || Il a ses heures, vous ne pourrez pas l'en faire changer (→ Fréquentation, cit. 10). || Il ne fait rien qu'à ses heures. — ☑ À ses heures : à certains moments. || Il est poète à ses heures, selon sa fantaisie. → Quand ça lui chante.
56 Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
La Fontaine, Fables, VII, 4.
57 (…) ma paresse était moins celle d'un fainéant que celle d'un homme indépendant, qui n'aime à travailler qu'à son heure.
Rousseau, les Confessions, IX.
C'est la bonne heure pour…, le moment convenable, favorable pour… || C'est la bonne heure pour aller le voir, pour se promener. || C'est la meilleure heure pour travailler. || C'est une bien mauvaise heure pour le voir, il est très occupé.Fam. || C'est, ce n'est pas une heure pour faire cela, un moment adéquat, convenable.
Loc. adv. À la bonne heure. a (V. 1450, a bonne heure). Au bon moment, à propos.
b (Marquant l'approbation). C'est très bien, c'est parfait; j'y consens, soit. || J'ai pu me libérer un moment.À la bonne heure, nous allons pouvoir causer.
58 Si tu avais senti quelque inclination pour elle, à la bonne heure : je te l'aurais fait épouser, au lieu de moi (…)
Molière, l'Avare, IV, 3.
59 Ici les objections se raniment. Le phénicien, à merveille ! le levantin, à la bonne heure ! même le patois, passe ! ce sont des langues qui ont appartenu à des nations ou à des provinces; mais l'argot !
Hugo, les Misérables, IV, VII, I.
c (Avec une nuance d'ironie dans l'approbation ou la satisfaction). || Eh bien ! à la bonne heure, voilà un joli coco ! || Tu ne veux rien faire ? à la bonne heure, tu réussiras ! → À ton aise.
60 — Je ne dormirai point. — Hé bien, à la bonne heure !
Racine, les Plaideurs, I, 4.
d Vx. Promptement, de bonne heure.
61 (…) Vous ne vous pressez pas assez de partir (…) Voilà votre petit frère qui arrive. Le cardinal de Retz me fait dire qu'il est arrivé. Arrivez donc tous à la bonne heure.
Mme de Sévigné, 377, 2 févr. 1674.
REM. À la bonne heure signifie bien ici « promptement » et non « heureusement, avec un bon succès », comme l'interprète Littré.
5 (Qualifié par un compl. ou un adj.). Moment de la vie (d'un individu, d'un groupe, d'une société). Époque, instant, temps; → Défendre, cit. 18. || Les heures d'autrefois. || Qui n'a connu de ces heures où… (→ Accablant, cit. 5). || Connaître dans sa vie des heures agréables, tranquilles, aimables (cit. 11), heureuses (→ Brio, cit. 2), propices (→ Délice, cit. 9), délicieuses (→ Appeler, cit. 21). || Des heures d'ivresse (→ Cadran, cit. 3), des heures claires (cit. 18) ou sombres, amoureuses (→ Couler, cit. 11), exaltantes, exubérantes (→ Existence, cit. 20), misérables (→ 2. Défiler, cit. 6). || Heures claires, recueil de poèmes de Verhaeren. || Aux heures de détresse, de bonheur, d'épanchement (cit. 8). || Aux heures où l'on a besoin de tendresse. || À certaines heures (→ Acceptation, cit. 4). || L'heure du danger (→ Appartenir, cit. 36). || Jusqu'à l'heure de ma mort : jusqu'à ma mort. || Heure décisive (cit. 4). || L'heure des paroles décisives (→ Fiançailles, cit. 3). || Dès l'heure de sa naissance (→ Bœuf, cit. 1). || « De l'heure qu'elle aima (cit. 35), l'univers fut amour » (Lamartine).Avoir son heure de gloire, de célébrité (→ Génération, cit. 6), de grandeur (→ Calculateur, cit. 4). || Un ami de toutes les heures : un ami fidèle.
62 Il vous reste à vous votre jeunesse, un long avenir (…) À moi (Chateaubriand), il me reste des heures flétries et ridées, un passé au lieu d'un avenir, et la solitude qui se forme autour d'une existence qui finit (…)
Chateaubriand, in Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 288.
63 Par instants, après certaines lectures, alors que le dégoût de la vie ambiante s'accentuait, il enviait des heures lénitives au fond d'un cloître (…)
Huysmans, Là-bas, I.
64 Véronique, irréparablement enlaidie, deviendrait cette amie très douce, cette compagne bienfaisante, des heures de lassitude intellectuelle et de tristesse (…)
Léon Bloy, le Désespéré, p. 132.
65 Attendons l'heure du sacrifice en travaillant à autre chose. Elle finit toujours par sonner; mais ne perdons pas notre temps à la chercher sans cesse au cadran de la vie.
Maeterlinck, Sagesse et Destinée, LXV.
66 Certaines heures semblent impossibles à vivre. Il faudrait pouvoir les sauter, les omettre et rejoindre la vie un peu plus loin.
J. Green, Adrienne Mesurat, III, VIII.
(1580). Heure dernière : les derniers instants d'une vie (→ Approcher, cit. 44). || Les défaillances (cit. 3) de la dernière heure. || Heure suprême. Ellipt.Son heure est venue, a sonné : il va bientôt mourir.
67 Peu de gens meurent resolus que ce soit leur heure derniere, et n'est endroit où la piperie de l'esperance nous amuse plus.
Montaigne, Essais, II, XIII.
68 (…) un philosophe vous dira en vain que vous devez être rassasiés d'années et de jours (…) La dernière heure n'en sera pas moins insupportable, et l'habitude de vivre ne fera qu'en accroître le désir.
Bossuet, Oraison funèbre de Michel Le Tellier.
69 Peut-être nous touchons à notre heure dernière.
Racine, Athalie, V, 1.
70 Certes, le duc Magnus est fort comme un vieux chêne,
Mais sa barbe est très blanche, il a quatre-vingts ans
Et songe quelquefois que son heure est prochaine.
Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, « Le lévrier de Magnus », I.
Loc. (1580). Absolt. Mourir avant l'heure, prématurément, plus tôt qu'on pouvait normalement s'y attendre.
(Avec un adj. poss. ou un compl. d'appartenance). Moment, époque de la vie (de qqn) où s'offre une chance favorable à la réussite de qqch., au succès de qqn, au bonheur de son existence. || Il sait qu'il aura son heure, que son heure viendra. 3. Tour. || Attendre son heure (→ Épuiser, cit. 28). || Il a eu son heure, il n'a pas su en profiter. || Son heure est passée. || L'heure d'un homme d'État. — ☑ Loc. fig. L'heure du berger (cit. 11 et 12).
71 N'existons-nous donc plus ? Avons-nous eu notre heure ?
Rien ne la rendra-t-il à nos cris superflus ?
Hugo, les Rayons et les Ombres, « Tristesse d'Olympio ».
72 Elle venait de comprendre qu'il fallait laisser les hommes se débrouiller entre eux, qu'elle avait sa part, qu'elle aurait son heure, qu'il suffisait d'attendre.
G. Duhamel, Salavin, III, XV.
Heures difficiles, critiques (1. Critique, cit. 3) dans l'histoire d'un peuple, d'un siècle, d'un régime. || École, salon, parti, mode qui a eu son heure de gloire (→ 2. Cancan, cit. 1). || Doctrines qui, à leur heure, semblaient bien établies, à l'époque où elles se manifestaient. || En attendant l'heure d'arbitrer (cit. 4).
73 L'heure viendra que l'obélisque du désert retrouvera, sur la place des meurtres, le silence et la solitude de Luxor.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 312.
REM. De nos jours, on dirait plutôt l'heure viendra où…
74 Cette crise pathétique de l'histoire contemporaine que la mémoire des Parisiens appelle l'époque des émeutes, est à coup sûr une heure caractéristique parmi les heures orageuses de ce siècle.
Hugo, les Misérables, IV, X, II.
75 Le plus grand siècle peut avoir son heure immonde (…)
Hugo, l'Année terrible, « Février », V.
76 Mais il vient toujours une heure dans l'histoire où celui qui ose dire que deux et deux font quatre est puni de mort.
Camus, la Peste, p. 149.
L'heure présente. || À l'heure où nous sommes. Présentement.(1883). || L'heure actuelle (→ Américanisme, cit.; cap, cit. 4).Absolt. || L'heure : l'heure actuelle. || L'heure est grave. Circonstance; → Cache-cache, cit. || Difficultés, problèmes de l'heure. Actuel.
77 Le passé, il est vrai, est très fort à l'heure où nous sommes.
Hugo, les Misérables, IV, VII, IV.
78 On ne pourrait à l'heure actuelle (…) supprimer la taxe sur le chiffre d'affaires sans creuser dans notre budget un trou que rien ne saurait combler.
J. Bainville, la Fortune de la France, p. 295.
Absolt. Moment favorable, propice.
79 Lorsque l'heure lui sembla venue, la Restauration (…) se croyant forte et se croyant profonde, prit brusquement son parti et risqua son coup.
Hugo, les Misérables, IV, I, I.
(1938, in D. D. L.). L'heure H : l'heure prévue pour l'attaque, et, fig., l'heure de la décision. H.
B (Dans certaines loc. adv. de temps).REM. On trouvera groupées ici, pour la commodité, les loc. adverbiales les plus usuelles, où le mot heure est pris dans l'une des acceptions étudiées ci-dessus.
1 (Fin XVe). (Avec à). À cette heure [asɛtœʀ]; (pop. ou plais.) [astœʀ] (parfois écrit à s'teur, asteur). Vieilli ou rural. Maintenant, présentement (qu'il s'agisse d'un moment de la journée ou du temps en général). || À cette heure, il faut en finir (→ Fixer, cit. 19). || Vous pouvez à cette heure espérer… Aujourd'hui; → 2. Gent, cit. 2. || Jusqu'à cette heure : jusqu'à maintenant (→ Chaîne, cit. 20).
80 Je comprends cela à cette heure.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, I, 2.
81 (…) n'ayant point à cette heure de passion (…) plus violente que celle de vous contenter.
La Bruyère, Lettres, VII, À Condé.
82 En tous temps, il y a eu des crimes; mais ils n'étaient point commis de sang-froid, comme ils le sont de nos jours (…) À cette heure ils ne révoltent plus (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, IV, XII, 5.
83 N'allez-vous pas effrayer tout le voisinage et amener la police, à c't'heure !
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 931.
84 Il est notoire, par exemple, qu'à cette heure, la Tamise empoisonne Londres.
Hugo, les Misérables, V, II, I.
85 — À cette heure, dit ensuite Soulas ragaillardi, si vous étiez gentils, vous me donneriez un coup de main pour avancer le parc.
Zola, la Terre, IV, I.
À cette heure où : maintenant que.Vx. || À cette heure que (→ Altesse, cit. 1).
À l'heure qu'il est : en ce moment de la journée (→ Embarrassant, cit.; 1. frais, cit. 5); à l'époque actuelle. Aujourd'hui; actuellement.
86 Napoléon a bâti (…) quatre mille huit cent quatre mètres; Louis XVIII, cinq mille sept cent neuf (…) le régime actuel, soixante dix mille cinq cents; en tout, à l'heure qu'il est (…) soixante lieues d'égouts (…)
Hugo, les Misérables, V, II, VI.
86.1 (…) je serais peut-être à l'heure qu'il est paisiblement amalgamé à la terre française, aux vins de France (…)
M. Yourcenar, le Coup de grâce, p. 146.
À toute heure : à tout moment de la journée, sans interruption. Constamment, continuellement. || Pharmacie, brasserie ouverte à toute heure.REM. On renforce ou on précise souvent l'expression en disant à toute heure du jour, de la nuit, du jour et de la nuit (→ Entretenir, cit. 5). — À n'importe quel moment (→ Fouiller, cit. 24). || Repas chaud à toute heure.À chaque occasion (→ Cagotisme, cit.).
87 Dieu veut-il qu'à toute heure on prie, on le contemple ?
Racine, Athalie, II, 7.
88 On pouvait appeler M. Myriel à toute heure au chevet des malades et des mourants.
Hugo, les Misérables, I, I, IV.
À l'heure (et adj. ethnique). || Mon village à l'heure allemande, ouvrage de J.-L. Bory.À l'heure (et adj.) : à l'ère, à l'époque (caractérisée par un élément). || Vivre à l'heure atomique. || Se mettre à l'heure audiovisuelle.À l'heure de (et n. compl.) : à l'époque de; de la manière de, sous l'influence de.
88.1 Un petit village qui, grâce aux efforts de ses habitants (…) semble s'être mis à l'heure du progrès.
F. Mallet-Joris, le Jeu du souterrain, p. 16.
2 Pour l'heure : pour le moment, dans les circonstances actuelles. || Je suis pour l'heure dans l'impossibilité de…
89 Peut-être à mon retour je saurai te guérir;
Je ne puis mieux pour l'heure : adieu.
Corneille, la Suite du Menteur, II, 6.
3 (1540). Sur l'heure : aussitôt, à l'instant même. Champ (sur le champ), immédiatement, 2. incontinent. || Accorder, fournir qqch. sur l'heure (→ Anacoluthe, cit.; ange, cit. 5; éprouver, cit. 12).
90 (…) Il soit dit que sur l'heure il se transportera
Au logis de la dame (…)
Racine, les Plaideurs, II, 4.
4 (1628; tout à cette heure, 1549). Tout à l'heure. a Vx. (Marquant un futur immédiat). Tout de suite, sur-le-champ.
91 Hors d'ici tout à l'heure, et qu'on ne réplique pas (…) sors vite, que je ne t'assomme.
Molière, l'Avare, I, 3.
b Mod. (Marquant un futur proche). Dans un moment, après un bref laps de temps. Tantôt (régional). || Ne vous inquiétez pas, il va rentrer tout à l'heure. || Nous verrons cela tout à l'heure.
92 Nous en parlerons tout à l'heure; mais nous devons auparavant terminer (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., XVIII, II.
93 Monsieur le maire, il est tout à l'heure cinq heures du matin.
Hugo, les Misérables, I, VII, IV.
c (Marquant un passé tout proche). Il y a un moment, il y a très peu de temps. || Je l'ai vu tout à l'heure, il ne peut être bien loin. || Tout à l'heure encore, il me disait… || Tout à l'heure irrité, maintenant calmé (→ Apaiser, cit. 21; ardent, cit. 39; balayer, cit. 5). || La pluie, l'alerte, la conversation de tout à l'heure (→ Brûlure, cit. 3).
94 C'est un logis garni que j'ai pris tout à l'heure.
Molière, l'Étourdi, V, 4.
95 (…) L'enfant que j'avais tout à l'heure,
Quoi donc ! je ne l'ai plus !
Hugo, les Contemplations, IV, « À Villequier ».
5 (Avec de). D'heure en heure. a (V. 1260, « d'un instant à l'autre »). Toutes les heures. || Vous prendrez d'heure en heure une cuillerée de cette potion (Académie). — ☑ REM. On dit aussi en ce sens heure par heure (→ Apologétique, cit. 3).
96 Pendant plusieurs jours, mes amis restèrent dans la crainte de me voir enlever par la police; ils se présentaient chez moi d'heure en heure, et toujours en frémissant quand ils abordaient la loge du portier.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, II, IV, 1.
97 Personne ne sortait par ce temps de grande chaleur, et c'était à peine si d'heure en heure quelqu'un passait, poursuivant l'ombre avare au ras des murs.
J. Green, Adrienne Mesurat, I, I.
b (Marquant une progression ascendante ou descendante). D'une heure à l'autre, à mesure que l'heure, le temps passe. || Les souvenirs s'effacent d'heure en heure (→ Banalité, cit. 3). || Ciel d'heure en heure plus sombre, plus rose (→ Diaprer, cit. 5). || La situation s'aggrave d'heure en heure. || Résistance d'heure en heure moins forte. || Augmenter, diminuer d'heure en heure.
98 Ce que vous y avez vu d'aimable, d'admirable et charmant a toujours augmenté d'heure en heure, et on découvre tous les jours en elle de nouveaux trésors de beauté, de générosité et d'esprit.
Voiture, Lettres, 67, in Littré.
99 La pluie continue. Le vent, qui n'a fait que s'accroître d'heure en heure en se fixant à son point d'hiver, commence à labourer profondément les eaux de la baie.
E. Fromentin, Une année dans le Sahel, p. 104.
D'une heure à l'autre : en l'espace d'une heure, d'un moment à l'autre. || La situation peut se modifier d'une heure à l'autre. || Il change d'avis d'une heure à l'autre.
De bonne heure. a (1458). À une heure matinale, ou à un moment de la journée nettement en avance sur l'heure fixée ou habituelle. Tôt. || Se lever de bonne heure pour prendre le train du matin. || Se mettre au travail de très bonne heure.Se sentant fatigué, il alla se coucher de bonne heure (→ Froid, cit. 21). || Je vous attends à goûter, mais venez de bonne heure, que nous ayons le temps de bavarder tranquillement. || Invité gêné parce qu'il est arrivé de trop bonne heure.
100 Matinale comme toutes les filles de province, elle se leva de bonne heure (…)
Balzac, Eugénie Grandet, Pl., t. III, p. 525.
101 — Ta maîtresse peut-elle se lever de bonne heure ? demanda-t-il à la négresse. — À l'heure où se lève le soleil.
A. de Musset, Nouvelles, « Le fils du Titien », IV.
102 — Voilà un cheval bien fatigué. La pauvre bête, en effet, n'allait plus qu'au pas. — Est-ce que vous allez à Arras ? ajouta le cantonnier. — Oui. — Si vous allez de ce train, vous n'y arriverez pas de bonne heure.
Hugo, les Misérables, I, VII, V.
De meilleure heure : plus tôt.
102.1 Ils nous renvoyèrent de beaucoup meilleure heure, sans en garder aucune à coucher (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 207.
b (1691). Avant l'époque habituelle, normale. || Inculquer de bonne heure certains principes à un enfant (→ 1. Air, cit. 27; corriger, cit. 17.1; compatissant, cit. 2). || Cette année les cerises ont été mûres de bonne heure ( Précocement). || Les arts ont fleuri de bonne heure en Italie (Académie). || Devenir observateur de trop bonne heure (→ Exercer, cit. 13). || On l'a émancipé de trop bonne heure ( Prématurément).
103 (…) il (les) conjurait (…) de l'avertir de bonne heure, quand ils verraient sa mémoire vaciller ou son jugement s'affaiblir (…)
Bossuet, Oraison funèbre de Michel Le Tellier.
104 (…) les familles mariaient de fort bonne heure leurs enfants afin de les soustraire aux envahissements de la conscription.
Balzac, la Vieille Fille, Pl., t. IV, p. 252.
6 Heure par heure : d'heure en heure, progressivement (→ Gagner, cit. 64).
DÉR. et COMP. V. Lurette (étym.). — Ampère-heure, hectowattheure, kilomètre-heure (V. Kilomètre), kilowattheure, varheure, wattheure. Désheurer. Malheure. Demi-heure, quart d'heure. Dix-heures, quatre-heures. Belle-d'onze-heures, dame-d'onze-heures.
HOM. Heur, heurt.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • heure — HEURE. s. f. Certain espace de temps, qui fait la vingt quatriesme partie du jour naturel. Une heure. une heure & demie. un quart d heure. trois quarts d heure. une demie heure. l heure a sonné. l heure est sonnée. l horloge a sonné deux heures.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • heure — Heure, Hora, l Espagnol et l Italien disent aussi Hora. Demie heure, Dimidiata hora. Une heure et demie, Sesquihora. D une heure, Qui dure l espace d une heure, Horarius. L heure s est passée cependant qu il disoit ceci, Dum haec dicit, abiit… …   Thresor de la langue françoyse

  • Heure D'or — L heure d or (golden hour) est un concept de médecine d urgence. La plupart des blessés graves (polytraumatisé, ou bien victime d une hémorragie interne) décèdent dans les premières heures. On a donc un taux de survie optimal si la victime se… …   Wikipédia en Français

  • HEURE — s. f. Espace de temps qui fait la vingt quatrième partie du jour naturel. On divise ordinairement le jour en deux parties, de douze heures chacune, la première commençant à minuit, et la seconde à midi. Une heure. Une heure et demie. Un quart d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HEURE — n. f. Espace de temps qui fait la vingt quatrième partie du jour naturel. On divisait généralement le jour en deux parties, de douze heures chacune, la première commençant à minuit, et la seconde à midi. L’usage tend à s’introduire de numéroter… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • heure — (eu r ) s. f. 1°   La vingt quatrième partie du jour, c est à dire d une révolution complète de la terre sur elle même. L heure se divise en soixante minutes. Les vingt quatre heures du jour. Douze heures de jour et douze heures de nuit. •   Il y …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Heure — Pour les articles homonymes, voir Heure (homonymie). Heure courante 09:39:32 (UTC) L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle même, l’instant (l’« heure qu’il est »), y compris en sciences… …   Wikipédia en Français

  • heure — nf. aara (Aillon Vieux, Bellecombe Bauges 153, Compôte Bauges, Montagny Bozel 026), euha (Macôt Plagne, Peisey), eû a (St Pancrace), EURA (Aix 017, Albanais 001c, Annecy 003c, Billième, Bonneville 043, Chambéry, Cordon 083b, Megève 201b,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • heure — n.f. À l heure qu il est, maintenant, à notre époque. / L heure H, le moment de la décision. / L heure du berger, le moment propice à l amour. / Les ouvriers de la onzième heure, personnes toujours en retard. / Bouillon d onze heures, poison. /… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Héuré — Arrec Héuré Caractéristiques Longueur 12,9 km Bassin  ? Bassin collecteur Adour …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.